L'actualité nationale, régionale et locale 

Elections 2021 : tout savoir sur les Régionales

Suite de notre série d'article commencée hier sur les scrutins des 20 et 27 juin. On vous éclaire à présent sur le scrutin régional qui se superpose, cette année, aux départementales.

2 juin 2021 à 17h01 par Pierre Maurer

LOGO ELECTIONS REGIONALES 2021 DKL

Si bon nombre d'habitants de la Région Grand Est n'ont jamais vraiment accepté le regroupement des 3 anciennes régions en 2015, le sujet reste central dans la campagne cette année... pour ne pas dire clivant entre les différentes listes en présence.

Elles sont 9 à s'être lancées dans la course sur un spectre s'étalant de Lutte Ouvrière à gauche, au micro-parti les Patriotes de Florian Philippot en passant par une forte présence dans le centre-droit... Mais les étiquettes se font discrètes sur les documents de campagnes et les alliances se sont multipliées. La colmarienne Brigitte Klinkert (également ministre) a fait le choix de faire figurer sur ses listes près d'une dizaine une dizaine d’élus Les Républicains. Cette alliance incarne pour elle un réel poids du centre et de la droite. Face à elle, le mulhousien Jean Rottner. En président sortant de la collectivité, il joue la carte de la continuité. La liste Rassemblement National de Laurent Jacobelli se pose en arbitre des deux précédentes et espère réaliser de bons scores en profitant de la division de la droite.

A gauche, l'unité n'a pas été réalisée... et on part même plus séparés que jamais. L’ex-ministre socialiste, Aurélie Filippetti, alliée aux Insoumis, pilote "L'appel inédit" et affronte l'écologiste lorraine Eliane Romani. Cette dernière s'est alliée au PCF et au PS. On note également la présence d'une liste Unser Land qui met en avant sa volonté de revenir à l'Alsace "d'avant".

Quelles compétences pour la Région ?

Rappelons que la Région est en charge de gros dossiers économiques, comme l'aide aux entreprises, le versement des aides européennes ou encore le déploiement du numérique et l'environnement. Les transports (avec les TER ainsi que les cars interurbains et scolaires) et la construction, l’entretien et l’équipement des lycées complète ses attributions pour un budget global de presque 3 milliards et demie d'euros.

Et quel type de scrutin ?

Comme aux élections municipales, il s’agit d’un scrutin de liste avec une prime à la liste en tête, ce qui assure à cette dernière une future majorité pour six ans. Les listes de candidats sont régionales et contiennent autant de sections qu'il y a de départements dans la région, d'où l'appellation "Alsace" qui peut porter à confusion avec les départementales. Ces listes sont également strictement paritaires.

A l'issue du premier tour du scrutin, si aucune liste n’obtient la majorité absolue, il est procédé à un second tour. "Seules sont autorisées à se présenter les listes ayant obtenu plus de 10% des suffrages exprimés au premier tour. Par ailleurs, entre les deux tours, les listes peuvent être modifiées, notamment pour fusionner avec des listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés" indique le site Vie Publique.

REPORTAGE | Ce qu'il faut savoir à propos des élections régionales