CORONAVIRUS | Après Colmar, Strasbourg lance la désinfection des espaces publics

Pour Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg et président de la CTS, la ville a fait le choix "d'une stratégie ciblée de désinfection du mobilier urbain avec lequel [le public est] régulièrement en contact (stations de tram/bus, distributeurs de tickets, bancs, toilettes publiques)"

4 mai 2021 à 11h04 par Pierre Maurer

DKL DREYECKLAND
Une équipe d'agents en train de désinfecter le mobilier d'une station de tram du quartier de Hautepi
Crédit: profil Facebook Alain Fontanel

Pour éradiquer la présence du virus sur les espaces inertes, il y a le temps qui passe... ou la désinfection. Depuis hier, à Strasbourg, des tests de désinfection sont menés dans plusieurs secteurs du quartier de Hautepierre.

"La désinfection du mobilier urbain a son utilité mais elle ne nous exonère bien évidemment pas du respect des mesures barrières" prévient Alain Fontanel, dans une publication partagée sur son compte Facebook ce lundi soir. Pour Alain Fontanel, il ne s'agit pas de procéder à une désinfection de toute la ville mais de cibler les lieux les plus adaptés

Il ne s'agit pas d'asperger toutes les rues et recoins de javel ou autre désinfectant agressif. Ce ne serait ni rationnel, au regard des données scientifiques sur le virus et sa transmission, ni responsable compte-tenu des enjeux environnementaux.
Alain Fontanel

Les premières campagnes de traitement ont débuté hier, notamment sur des arrêts de tram de la ligne A, à l'arrêt "Ducs d'Alsace". Trois agents sont mobilisés, protégés par des combinaisons intégrales et munis de pulvérisateurs.

Pour éviter tout risque environnemental, Alain Fontanel indique que les services de la ville "ont sélectionné avec attention un désinfectant, le PANOX, 100% biodégradable. Il n'est ni toxique ni corrosif ni mutagène et ne contient pas de chlore ou de javel. Nous l'utilisons déjà régulièrement pour la désinfection des conduites d'eau potable" rassure-t-il.