L'actualité nationale, régionale et locale 

Strasbourg : il y a 20 ans, le drame du Parc de Pourtalès faisait 13 morts et plus d'une centaine de blessés

Ce qui devait être une soirée festive, placée sous le signe de la musique, s'est transformé en un cauchemar. La violence de l'orage qui s'est abattu ce soir là sur le parc de Pourtalès fit 13 morts. Des adultes et des enfants qui avaient, pensaient-ils, trouvé refuge sous une bâche, elle-même située sous un arbre...

6 juillet 2021 à 6h42 - Modifié : 15 juillet 2021 à 10h31 par Pierre Maurer

Stèle Parc Pourtalès Strasbourg
Le mémorial dédié aux victimes, réalisé par le sculpteur Marc Linder
Crédit: Nicolas Fussler / Strasbourg Streetmap

Il est 21h30, ce vendredi 6 juillet 2001, lorsque le ciel se déchaîne sur le nord de l'agglomération strasbourgeoise. En lisière de forêt de la Robertsau, un concert est organisé dans le parc du Château de Pourtalès. Des musiciens, enfants et adultes, prennent part au spectacle.

Le public, assis sur des chaises et dans des gradins, tente de profiter encore un peu de la soirée. L'averse gagne en intensité. Cela pousse une partie du public à s'abriter sous l'auvent de la buvette, installée sous un arbre.

Mais alors que le groupe de musique yiddish "Mamas et Papas" joue, une violente bourrasque s'abat sur un arbre. Haut d'une vingtaine de mètres, le géant bascule et s'abat sur la foule. Plus d'une centaine de personnes se trouvent prisonnières sous le tronc et les branches.

Le drame s'est joué en quelques secondes

 « Je n'ai pas entendu l'arbre tomber, a raconté Astrid Ruff à nos collègues de La Dépêche à l'époque, chanteuse du groupe, j'ai eu le temps d'aider au dégagement de l'enfant d'un des chanteurs légèrement blessé mais notre vie n'a tenu qu'à quelques centimètres. »

Tout le monde n'a pas eu cette chance. Le bilan est très lourd : 13 personnes décèderont dans ce drame, une centaine de spectateurs seront également blessés à des degrés divers.

Poursuivie en tant que personne morale, la municipalité a été condamnée en 2007 à une amende de 150 000 euros. Nos confrères de Libération rappellent, dans leur compte-rendu du procès, que le tribunal a alors pointé une « absence de communication entre les services » de la ville, un « relâchement dans la vigilance » et de « multiples négligences » : le concert avait été organisé au parc de Pourtalès, dont les arbres étaient fragilisés par la tempête du 26 décembre 1999, en dépit de bulletins météo annonçant de violents orages.