[STAR A L'HONNEUR] Gilbert Montagné

<p>Vos stars préférées sont à l'honneur sur Radio Dreyeckland.</p>

30 avril 2021 à 10h10 par La rédaction

DKL DREYECKLAND



Gilbert Montagné



Né le 28 décembre 1951 dans le 20e arrondissement de Paris prématurément, après 6 mois de grossesse (il pesait 950 grammes), il est mis en couveuse. Un air trop riche en oxygène lui cause alors une rétinopathie ; il est considéré comme aveugle de naissance.



Très tôt, il découvre la musique dans un établissement spécialisé de Saint-Mandé où, de cinq à dix ans, il reçoit un enseignement classique. Cependant, c'est en autodidacte et c'est sur son piano qu'il développe un goût véritable pour les variétés, le jazz et le rock. Il séjourne les six années suivantes à l'Institut national des jeunes aveugles (boulevard des Invalides), période au cours de laquelle il acquiert un orgue. Soucieux de s'intégrer dans le monde des voyants, il s'inscrit en seconde au lycée Voltaire puis se produit dans des pianos-bars.



à seize ans, Il décide de rejoindre sa s�?ur, professeur de français à Miami, s'inscrit à l'université et y poursuit des études musicales classiques. �? ses moments libres, il joue du jazz et de la musique soul, et se produit tout l'hiver dans les clubs de Miami ou de New York.



En 1971, un coup de téléphone de Salvatore Adamo le persuade de rentrer en Europe. Et au mois de mai, Gilbert se retrouve à Londres avec les choristes de Joe Cocker et de l'américain Elvis Presley, pour enregistrer Hide Away signé André Georget et The Fool. Cette dernière chanson fait le tour du monde et se classe no 1 dans douze pays. Il fait ses premiers pas à l'Olympia, sur invitation de Julien Clerc et tourne même un court métrage retraçant sa vie. �?gé de vingt ans, il sort un deuxième album (1973), puis un troisième (1976), mais perd pied et fuit vers l'Amérique, le Canada et ses clubs de jazz, où il retrouve un refuge musical dans l'anonymat.



En 1979, Johnny Hallyday lui propose de l'accompagner au piano, à l'occasion de son spectacle au Pavillon de Paris, porte de Pantin.



Puis il signe son grand retour en solo auprès du public en enregistrant, en 1980, la chanson Believe in me, toujours avec son complice, André Georget. Si le succès n'est pas immense, il marque son retour dans le milieu musical français. De 1980 à 1984, André Georget fait systématiquement appel à lui pour exécuter les claviers de ses enregistrements publicitaires. C'est ainsi que le fameux jingle pour la marque Ricoré, signé André Georget (« Le soleil vient de se lever�?� ») est agrémenté de quelques riffs au synthétiseur par Gilbert. En 1984, l'album Liberté, truffé de tubes signés de Didier Barbelivien, comme On va s'aimer ou Les Sunlights des tropiques, devient plusieurs fois disque de platine. Avec deux tournées à l'Olympia, en 1985 et le 11 mai 1986, l'heure de la consécration artistique de Gilbert Montagné a sonné.