Actualités régionales et nationales

MUNICIPALES | A Strasbourg et Colmar, des coups de théâtre en prélude au second tour

02 juin 2020 à 21h06 Par Pierre Maurer (mis à jour le 03.06.2020 à 07h03)
Crédit photo : DKL

On savait que cette journée allait s'avérer déterminante pour figer les listes et les rapports de force en vue du deuxième tour des municipales prévu le 28 juin... Mais les annonces faites par plusieurs camps ont été dignes de scénarios hollywoodiens ! On vous explique...

Le 28 juin prochain, les électeurs de 67 communes d'Alsace devront retourner aux urnes en vue d'élire leur maire. A Strasbourg et Colmar, la situation s'est décantée d'un coup ce mardi en fin de journée avec des annonces... et des retraits !

A Strasbourg, des tractations qui capotent... ou qui sortent du bois !

Alors que l'on s'acheminait vers une quadrangulaire au second tour dans la capitale alsacienne, la donne a subitement changé en toute fin de journée. Sur le fil pourrait-on dire, au moment où les listes ont été déposées.

D'une part, l'union de la gauche n'aura pas lieu à Strasbourg. La candidate écologiste arrivée en tête au premier tour Jeanne Barseghian (27,8% des voix) n'a pas réussi à faire aboutir des négociations de fusion avec celle arrivée troisième, Catherine Trautmann (19,7%).
Selon nos confrères de la presse régionale, c'est le point de la future présidence de l'Eurométropole qui a provoqué des remous dans les discussions, au point de faire totalement capoter celles-ci.

Las, en fin de journée, la surprise est arrivée de la liste d'Alain Fontanel, arrivé deuxième au premier tour (19,9%). "Nous avons fait le choix de la responsabilité" a déclaré l'actuel adjoint au maire Roland Ries et candidat, en incluant dans son « nous » Jean-Philippe Vetter, candidat LR arrivé quatrième le 15 mars (18,2% des suffrages).

Ce rapprochement, conclu dans la plus grande discrétion, rebat largement les cartes avant le second tour... au point de transformer la quadrangulaire annoncée en triangulaire.

A Colmar, la fin de l'ère Meyer

On savait Gilbert Meyer en difficulté au soir du premier tour, distancé nettement par son rival de droite Eric Straumann (32% contre 37,4% des voix). Cette situation a fragilisé celui qui occupe le fauteuil de maire depuis 25 ans, par ailleurs hospitalisé ces dernières semaines.

Ce mardi après-midi, Gilbert Meyer a annoncé à ses colistiers par mail qu'il renonçait à présenter sa liste le 28 juin prochain. Un sabordage en règle pour le candidat mais surtout ses colisitiers qui s'affrontaient en coulisses pour reprendre le flambeau de la candidature au second-tour, à savoir Claudine Ganter et Yves Hemedinger.