LES DEUX ETOILES DE DEFIL

La PMI thannoise De fil en aiguille a fait une bonne affaire avec la victoire des Bleus. Elle livre désormais ses propres maillots supporters.

4 mai 2021 à 9h59 par Pascal Kury

DKL DREYECKLAND
Emmanuel Didier avec les maillots made in Thann
Crédit: Photo Pascal Kury
La France est championne du monde de football.Depuis le 15 juillet, le maillot des Bleus porte légitimement deux étoiles. Cette promotion, les supporters la revendiquent aussi. Sauf que les effets doublement étoilés sont encore rares et que le fournisseur officiel ne prévoit pas d'approvisionner les distributeurs avant quelques semaines.
Cette attente fait les affaires d'une PMI thannoise, De fil en aiguille. Depuis plus de vingt ans, cette entreprise familiale spécialisée dans le vêtement de sport se bat dans la compétition mondialisée et s'adapte dans l'innovation. S'il faut toujours des couturières, l'impression numérique a impulsé un renouveau dans l'activité. Cinq graphistes sont inscrits à l'effectif de la société d'une vingtaine de salariés. 
Dans la spécialité sportive, l'entreprise réalise des maillots supporters toute l'année, dans de nombreuses disciplines.
Pour le Mondial pourtant, elle n'en a pas vendu beaucoup, concurrencée par les enseignes du sport et les maisons bon marché.
Mais à partir de la demi-finale, De fil en aiguille a parié sur la victoire des Bleus et imaginé un maillot inspiré de la Russie, avec les couleurs françaises stylisées et une deuxième étoile. Si la France avait perdu la finale, le projet aurait été remisé parmi les idées non abouties. Mais le meilleur arriva et la petite entreprise thannoise a été récompensée. Le trophée conquis, elle s'empressa de contacter par mailing ses distributeurs potentiels, leur proposant un produit à deux étoiles. Certes, ce ne sera pas la tunique officielle de l'équipe de France, ce maillot technique aux astres brodés. Defil, la marque locale, imprime. Cela suffit à susciter l'enthousiasme des fans de Griezmann et consorts. Une semaine après la victoire ultime, les équipes d'Emmanuel Didier, directeur commercial sport, ont eu quelque 1500 commandes en ligne. Les premières partent. Un centre Leclerc de Dordogne est un client inattendu mais bienvenu. En achetant Defil, on soutient l'emploi français. Et le pôle Alsace Terre textile. Thann n'a pas attendu la Coupe du monde pour annoncer "vous luttez contre la délocalisation".

Mais au-delà du surcroît d'affaires, la PMI se félicite que les médias s'intéressent à elle. C'est toujours bon à prendre.