Jeudi 23 février 2017 Les faits du soir

Une nouvelle maison d'arrêt à Colmar. Le ministère de la Justice confirme la création de 24 sites dont un en Alsace, d'une capacité de 550 places.

30 avril 2021 à 13h40 par La rédaction

DKL DREYECKLAND

Comme chaque année, le Théâtre alsacien de Strasbourg met en scène une pièce historique. En mars, c'est le peintre bas-rhinois Léo Schnug qui est mis à l'honneur dans la pièce "De Adler un de Leeb".


Une occasion de se plonger dans l'histoire de cet artiste autant talentueux que torturé.



 





C'est tout à côté de Strasbourg, à Lampertheim, que naît Léo Schnug en 1878. Son talent en illustration lui ouvre les portes des arts décoratifs  de Strasbourg et de l'école des beaux-arts de Vienne... C'est en Alsace qu'il revient et se spécialise notamment dans la reproduction de scènes militaires et historiques. Dans la famille d'Elisabeth Ritter, co-scénariste de la pièce avec Stéphanie Schaetzlé, on a bien connu cet aïeul à l'histoire tourmentée...





L'intrigue met en lumière la période où le peintre effectue, sur commande de l'empereur Guillaume II, plusieurs fresques dans des salles fraîchement rénovées du Haut - Koenigsbourg.


Une collaboration qui ne lui a pas valu que des honneurs selon Stéphanie Schaetlzé.





 





Une pièce à découvrir à partir de 12 mars à l'Opéra de Strasbourg.