Actualités régionales et nationales

HOMMAGE | Trois thèmes incontournables d'Ennio Morricone

06 juillet 2020 à 10h15 Par Pierre Maurer
Ennio Morricone en concert à Parme en juin 2018
Crédit photo : Photomontage Città di Parma / CC BY-SA 2.0 / DKL

Indissociable de l'univers des westerns spaghetti de Sergio Leone, le compositeur italien s'est éteint la nuit dernière à 91 ans. Il laisse derrière lui près de 500 partitions et un grand nombre de succès planétaires. On en a sélectionné trois pour vous

"Il était une fois dans l’Ouest", "Mission", "Les Incorruptibles", "Le professionnel"... Autant de titres de films mythiques qui laissent derrière eux un refrain, un air et une mélodie qui l'étaient tout autant. Leur point commun : tous ont été composés par le maître de la partition de film italien Ennio Moriconne.

Hospitalisé il y a quelques semaines après une chute qui l'a blessé à la hanche, le maestro ne s'est pas remis de ses blessures. Ses proches ont annoncé sa mort ce lundi matin... et c'est tout un pan de notre jeunesse et de nos souvenirs qui s'éteint avec lui.

"Le bon, la brute et le truand"

Un tambour au loin, une flûte en suspension et une réponse qui résonne... Ce thème, nous le connaissons tous et savons même le siffler, comme cela est fait dans la partition originale !
Composé pour illustrer le film de Sergio Leone "Le bon, la brute et le truand" en 1966, c'est en quelque sorte la "partition signature" de Moriconne qui y intègre des voix et une partie de guitare électrique répondant à la trompette...


"Il était une fois dans l'Ouest"

On fait un bon trois ans plus tard, en 1969, pour découvrir ce thème légendaire lui aussi, notamment celui de l'Homme à l'harmonica Lancinant, entêtant, il deviendra la véritable marque de fabrique de ce film, toujours réalisé par Sergio Leone


"Le Professionnel"

Et puis un petit bon dans le temps avec ce thème de film, encore une fois, écrit pour le long métrage réalisé par Georges Lautner en 1981. Dans cette adaptation du roman Mort d'une bête à la peau fragile de Patrick Alexander, c'est Jean-Paul Belmondo qui tient le rôle principal... et Ennio Moriconne, encore une fois, viendra apporter une partition légendaire aux images du début des années 80.
C'est le thème Chi Maï qui est le plus connu :