L'actualité nationale, régionale et locale 

COVID-19 | L'Allemagne classe la France comme zone "à forte incidence" et va encore restreindre les possibilités de passer la frontière

En raison du nombre élevé de cas de Coronavirus et de la prédominance des variants, le gouvernement fédéral allemand classe désormais l'ensemble de la France comme "une zone à forte incidence". Quelles conséquences pour les frontaliers ? Réponse dans notre article

26 mars 2021 à 12h41 - Modifié : 4 mai 2021 à 11h59 par Pierre Maurer

DKL DREYECKLAND
L'entrée à Kehl par le Pont de l'Europe à côté de Strasbourg
Crédit: PM/DKL

La confirmation de cette mesure, qui était annoncée au conditionnel depuis hier, a été faite ce vendredi midi par le ministre français des Affaires Etrangères Jean Yves le Drian

En raison du nombre élevé de cas du virus en France, le gouvernement fédéral allemand a pris la décision de classer toute la France comme une "zone à forte incidence". Cela signifie que la frontière ne pourra être franchie que sur présentation d'un test PCR négatif datant de moins de 48h.

Pour l'heure,  la règle dite "des 24h" s'appliquait pour les habitants d'Alsace et de la Moselle. Elle leur permettait de se rendre ll'espace de 24h dans les trois Länder frontaliers de l'Alsace et de la Moselle (Bade Wurtemberg, Rhénanie et Sarre). Avec l'évoltuion du classement par Berlin, cette règle est en passe d'être prorogée.

Des mesures renforcées avaient déjà été mises en place début mars pour la Moselle, frontalière de la Sarre et la Rhénanie-Palatinat. Désormais, c'est l'ensemble du secteur qui sera concerné.

Des discussions se poursuivent encore entre autorités administratives et représentants politiques des deux côtés de la frontière pour éventuellement accorder des dérogations aux travailleurs frontaliers. Ces derniers pourraient être autorisés à ne se faire tester que deux fois par semaine affirment nos confrères des DNA.

La mesure entrera en vigueur dans la nuit de dimanche à lundi à 00h.