Actualités régionales et nationales

CORONAVIRUS | Un couvre-feu décrété dans plusieurs zones dont l'Île-de-France dès samedi

14 octobre 2020 à 20h05 Par Pierre Maurer
Emmanuel Macron interrogé ce soir sur TF1 et France 2
Crédit photo : Capture d'écran - France 2

Emmanuel Macron a annoncé ce soir la mise en place d'un couvre-feu de 21 heures à 6 heures en Ile-de-France et dans huit métropoles pour au moins 4 semaines à compter de ce samedi. Les métropoles du Grand Est ne sont pas concernées par la mesure

Alors que le seuil des 1 500 patients traités en réanimation pour le Covid-19 a été de nouveau franchi en début de semaine pour la première fois depuis fin mai, Emmanuel Macron a annoncé ce soir de nouvelles restrictions lors d'une interview diffusée sur TF1 et France 2.

Un couvre-feu sera instauré samedi en Ile-de-France et dans les métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. Il sera instauré entre 21h et 6h du matin, et durera au moins quatre semaines. L'exécutif pourrait le faire durer jusqu'à six semaines (c'est à dire jusqu'au premier décembre) afin de limiter les cas de contamination.

"Aujourd'hui, le virus est partout en France, donc il n'y a pas de réserves cachées de lits. Aujourd'hui, nos soignants sont très fatigués, à juste titre parce qu'ils ont été au front. (...) C'est pour cela que nous devons prendre des mesures plus strictes pour justement reprendre pleinement contrôle."
Emmanuel Macron, interrogé ce soir

Par ailleurs, l'état d'urgence sanitaire également rétabli à partir de samedi. Un décret a été présenté en Conseil des ministres, mercredi, rétablissant l'état d'urgence sanitaire sur l'ensemble du territoire français à partir de minuit dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 octobre.

La résurgence de l'épidémie "justifie que l'état d'urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu puissent être prises", peut-on lire dans le décret examiné en Conseil des ministres, mercredi.