Santé : plus de 9 soignants sur 10 travaillant dans les Ephad et hôpitaux du Grand Est ont reçu au moins une dose de vaccin

Alors que le personnel soignant est dans l'obligation d'avoir reçu au moins une dose au 15 septembre, les professionnels de santé font plutôt figure de bons élèves selon l'ARS.

vaccination soignants
Un soignant se faisant vacciner début janvier 2021 à Strasbourg
Crédit: PM/DKL

Outre les personnels soignants, les pompiers ou encore les ambulanciers sont concernés par cette obligation qui avait été annoncée, souvenez-vous, par Emmanuel Macron le 12 juillet dernier.

A l'échelle régionale, les professionnels de santé n'ont pas attendu la dernière minute pour se faire vacciner "On a moins de 5% de libéraux qui n'ont pas encore engagé de vaccination et entre 5 et 10% des professionnels dans les établissements de santé et dans les établissements socio- et médico-sociaux" constate Virginie Cayré, la Directrice Générale de l'ARS Grand Est.

Les autorités annoncent des contrôles dès les prochains jours

Pour les autres, il est toujours temps de se faire vacciner... Les réfractaires, s'ils sont salariés d'un établissement de santé, risque des suspensions de salaire. Pour les libéraux, par exemple, cela se fera "en lien avec l'Assurance Maladie : cela se fera par une suspension des remboursements. A la fois de leur rémunération et des remboursements des patients" prévient Virginie Cayré.

Les soignants auront jusqu'au 15 octobre pour être intégralement vaccinés. L'ARS s'attend aussi ponctuellement à un manque de personnel dans certains établissements qui sont déjà sous tension, voire même à des fermetures de lits.

REPORTAGE | Les soignants très majoritairement vaccinés dans le Grand Est