L'info people

Régime de stars : qu'est-ce que la méthode macrobiotique de Blake Lively ?

A 33 ans et après 3 enfants (Inez Reynolds, James Reynolds, Betty Reynolds), Blake Lively possède l'une des plus belles silhouettes d'Hollywood. En 2018, la star a révélé qu'elle devait cette silhouette à une pratique sportive intensive et quotidienne : "Il se trouve qu'on ne peut pas perdre 27 kilos pris pendant la grossesse en scrollant sur Instagram et en se demandant pourquoi on ne ressemble à tous ces mannequins en bikini. Merci @donsaladino (son coach sportif) de m'avoir bougé les fesses, et de les avoir remises en forme. Dix mois à prendre ces kilos, 14 à les perdre. Je me sens hyper fière", a-t-elle déclaré sur son compte Instagram. L'actrice combine également cela avec la méthode macrobiotique, mais de quoi, s'agit-il ?Blake Lively : la méthode macrobiotique pour liquider les kilos en tropC'est un régime originaire du Japon qui consiste à trier les aliments en deux catégories symbolisées par le Yin et le Yang en fonction de leur couleur, de leur texture, des saisons et des saveurs. Les aliments considérés comme Yin sont les fruits, les aliments de couleur verte, bleu, pourpre, de texture grossière et de saveur acide ou épicée. Les aliments Yang sont les céréales, les légumes jaunes, oranges ou rouges et durs. Pour plus d'efficacité, il est aussi préférable d'opter pour une cuisson à la vapeur ou au four. Attention ! Avant de vous lancer, on précise que tous les types de régime doivent être faits avec un suivi médical ! Car même si ce régime vous permet de perdre sainement et progressivement vos kilos en trop, il peut également comporter de nombreux risques de carence en calcium, en magnésium, en vitamines et en oméga-3. Blake Lively © Agence Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively © COADIC GUIREC Blake Lively © CYRIL MOREAU Blake Lively © OLIVIER BORDE Blake Lively © OLIVIER BORDE Blake Lively © OLIVIER BORDE Blake Lively © Backgrid USA 03 mars 2021

Pierre Richard : la prédiction de son grand-père qui a changé sa vie

On ne présente plus Pierre Richard. Quelle que soit la génération, les Français petits et grands ont tous déjà ri devant un film culte du comédien. Le grand blond avec une chaussure noire, La chèvre, Les fugitifs, Les compères... l'acteur est devenu l'un des monuments du 7ème art grâce à ses films et ses gags. Mais comment Pierre Richard a-t-il réussi à devenir cette star de l'humour sur le grand écran que tout le monde adore ? Dans les colonnes du magazine Nous Deux, l'éternel François Pignon ou François Perrin se confie sur une prédiction de son grand-père à son sujet, entendue alors qu'il n'était encore qu'un enfant.Pierre Richard se souvient que son grand-père maternel, Argimiro, était une force de la nature ayant traversé l'Italie à pied pour élire domicile à Valenciennes. Juste avant de rendre son dernier souffle, l'homme qui avait enseigné à son petit-fils comment pêcher les truites à mains nues (!) a dit à sa fille (la mère de l'acteur, donc) à propos de Pierre Richard : "Il sera le seul de mes petits-fils qui y arrivera." Ayant été informé de cette déclaration alors qu'il n'avait que 11 ans, les mots de l'aïeul ne cesseront de résonner dans la tête du principal intéressé.Une prédiction qui s'est vérifiée pour Pierre RichardPlacé dans une institution religieuse entre ses 11 ans et ses 14 ans, Pierre Richard raconte que c'est à cette époque qu'il a découvert le pouvoir et la force du rire. Il explique : "Cette prédiction m'a aidé dans les moments où j'aurais pu désespérer. Elle m'a rendu confiant, patient. Pour m'en sortir, n'étant ni fort intellectuellement ni fort physiquement, je n'avais d'autre solution que d'être drôle (...)" Ainsi, le comédien a bel et bien donné raison à son grand-père. Pierre Richard vient de fêter ses 60 ans de carrière et a gagné au cours de celle-ci un César d'honneur et un Molière. Un parcours exemplaire ! Pierre Richard © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Pierre Richard vient de fêter ses 60 ans de carrière © ARP Pierre Richard a joué dans plusieurs films culte © TELE STAR / MONDADORI FRANCE On a vu Pierre Richard dans Les Malheurs d'Alfred © GAUMONT INTERNATIONAL / MADELEINE FILMS / LES PRODUCTIONS DE LA GUEVILLE Pierre Richard dans C'est pas moi, c'est lui © FIDLEINE Pierre Richard avec son César d'honneur © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Pierre Richard dans La Chèvre © GAUMONT / CONACITE UNO Pierre Richard dans Les compères © FIDELINE FILMS Pierre Richard et Jane Birkin © RENN PRODUCTION Le grand-père de Pierre Richard avait fait une prédiction © RENN PRODUCTION Pierre Richard dans Le retour du grand blond © GAUMONT Le grand-père de Pierre Richard ne s'est pas trompé © GAUMONT On ne présente plus Pierre Richard. Quelle que soit la génération, les Français petits et grands ont tous déjà ri devant un film culte du comédien. Le grand blond avec une chaussure noire, La chèvre, Les fugitifs, Les compères... l'acteur est devenu l'un des monuments du 7ème art grâce à ses films et ses gags. Mais comment Pierre Richard a-t-il réussi à devenir cette star de l'humour sur le grand écran que tout le monde adore ? Dans les colonnes du magazine Nous Deux, l'éternel François Pignon ou François Perrin se confie sur une prédiction de son grand-père à son sujet, entendue alors qu'il n'était encore qu'un enfant.Pierre Richard se souvient que son grand-père maternel, Argimiro, était une force de la nature ayant traversé l'Italie à pied pour élire domicile à Valenciennes. Juste avant de rendre son dernier souffle, l'homme qui avait enseigné à son petit-fils comment pêcher les truites à mains nues (!) a dit à sa fille (la mère de l'acteur, donc) à propos de Pierre Richard : "Il sera le seul de mes petits-fils qui y arrivera." Ayant été informé de cette déclaration alors qu'il n'avait que 11 ans, les mots de l'aïeul ne cesseront de résonner dans la tête du principal intéressé.Une prédiction qui s'est vérifiée pour Pierre RichardPlacé dans une institution religieuse entre ses 11 ans et ses 14 ans, Pierre Richard raconte que c'est à cette époque qu'il a découvert le pouvoir et la force du rire. Il explique : "Cette prédiction m'a aidé dans les moments où j'aurais pu désespérer. Elle m'a rendu confiant, patient. Pour m'en sortir, n'étant ni fort intellectuellement ni fort physiquement, je n'avais d'autre solution que d'être drôle (...)" Ainsi, le comédien a bel et bien donné raison à son grand-père. Pierre Richard vient de fêter ses 60 ans de carrière et a gagné au cours de celle-ci un César d'honneur et un Molière. Un parcours exemplaire ! Pierre Richard © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Pierre Richard vient de fêter ses 60 ans de carrière © ARP Pierre Richard a joué dans plusieurs films culte © TELE STAR / MONDADORI FRANCE On a vu Pierre Richard dans Les Malheurs d'Alfred © GAUMONT INTERNATIONAL / MADELEINE FILMS / LES PRODUCTIONS DE LA GUEVILLE Pierre Richard dans C'est pas moi, c'est lui © FIDLEINE Pierre Richard avec son César d'honneur © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Pierre Richard dans La Chèvre © GAUMONT / CONACITE UNO Pierre Richard dans Les compères © FIDELINE FILMS Pierre Richard et Jane Birkin © RENN PRODUCTION Le grand-père de Pierre Richard avait fait une prédiction © RENN PRODUCTION Pierre Richard dans Le retour du grand blond © GAUMONT Le grand-père de Pierre Richard ne s'est pas trompé © GAUMONT
03 mars 2021

Miranda Kerr dévastée : elle a perdu ses grands-parents en moins d'un mois

"Ma chère mamie est décédée le 27 février. Mamie, aucun mot ne peut décrire à quel point je suis reconnaissante de t'avoir eue". C'est avec ces mots que Miranda Kerr, l'ex d'Orlando Bloom, a annoncé à ses abonnés Instagram qu'elle venait de perdre sa grand-mère. "Tu es le coeur de notre famille. C'est grâce à toi que nous sommes si proches. C'est grâce à toi que nous avons la foi. C'est de toi que nous tenons notre impertinence. Tu as mis une lueur dans nos yeux. Tu as amené tant de lumière et d'amour dans ce monde, au travers de tous ceux que tu as rencontrés. Ta présence les a tous stimulés. C'est grâce à toi que je suis qui je suis" écrit-elle dans un hommage touchant.L'ex-égérie de Victoria's Secret, qui était très proche de sa grand-mère, a ajouté dans son long message : "Tu m'as appris à aimer, à être attentionnée, à cuisiner, à avoir la foi, à être gracieuse, à m'habiller, à prendre soin de moi, de mon mari et de nos enfants. Tu m'as aussi appris à prier, à déceler l'humour et avoir de la compassion. Tu es notre boussole et tu le resteras, pour nos enfants et moi, pour le restant de nos jours... Embrasse papi pour moi. Je vous aime plus que des mots ne pourraient l'exprimer".Elle avait déjà perdu son grand-père, il y a peuMiranda Kerr perd donc ses grand-parents en l'espace de quelques jours à peine. La jeune femme a assisté aux funérailles de son grand-père le 14 février 2021. Déjà, elle avait annoncé la nouvelle de sa mort sur les réseaux sociaux avec ce touchant message : "un de mes récents souvenirs préférés avec mon grand-père était d'écouter Glenn Miller, de profiter du soleil sur nos dos et de sentir les gardenias de notre jardin (...) C'était un moment divin. Il avait battu les pronostics des médecins en vivant plus longtemps qu'ils avaient prévu. Et savoir que sa vie touchait à sa fin n'a pas facilité son décès. Il était notre roc, un homme fort mais gentil qui avait une foi énorme et un bon coeur." La jeune femme peut compter sur le soutien de ses fans pour retrouver un peu de sourire, ils ont été nombreux à lui témoigner leur amour. Miranda Kerr © Instagram Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Agence Naissance - Miranda Kerr est maman pour la troisième fois d'un petit garçon prénommé Myles - Miranda Kerr à la soirée LACMA Art + Film en l'honneur de Catherine Opie et Guillermo Del © Agence Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Backgrid UK Miranda Kerr © Backgrid UK Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Backgrid USA "Ma chère mamie est décédée le 27 février. Mamie, aucun mot ne peut décrire à quel point je suis reconnaissante de t'avoir eue". C'est avec ces mots que Miranda Kerr, l'ex d'Orlando Bloom, a annoncé à ses abonnés Instagram qu'elle venait de perdre sa grand-mère. "Tu es le coeur de notre famille. C'est grâce à toi que nous sommes si proches. C'est grâce à toi que nous avons la foi. C'est de toi que nous tenons notre impertinence. Tu as mis une lueur dans nos yeux. Tu as amené tant de lumière et d'amour dans ce monde, au travers de tous ceux que tu as rencontrés. Ta présence les a tous stimulés. C'est grâce à toi que je suis qui je suis" écrit-elle dans un hommage touchant.L'ex-égérie de Victoria's Secret, qui était très proche de sa grand-mère, a ajouté dans son long message : "Tu m'as appris à aimer, à être attentionnée, à cuisiner, à avoir la foi, à être gracieuse, à m'habiller, à prendre soin de moi, de mon mari et de nos enfants. Tu m'as aussi appris à prier, à déceler l'humour et avoir de la compassion. Tu es notre boussole et tu le resteras, pour nos enfants et moi, pour le restant de nos jours... Embrasse papi pour moi. Je vous aime plus que des mots ne pourraient l'exprimer".Elle avait déjà perdu son grand-père, il y a peuMiranda Kerr perd donc ses grand-parents en l'espace de quelques jours à peine. La jeune femme a assisté aux funérailles de son grand-père le 14 février 2021. Déjà, elle avait annoncé la nouvelle de sa mort sur les réseaux sociaux avec ce touchant message : "un de mes récents souvenirs préférés avec mon grand-père était d'écouter Glenn Miller, de profiter du soleil sur nos dos et de sentir les gardenias de notre jardin (...) C'était un moment divin. Il avait battu les pronostics des médecins en vivant plus longtemps qu'ils avaient prévu. Et savoir que sa vie touchait à sa fin n'a pas facilité son décès. Il était notre roc, un homme fort mais gentil qui avait une foi énorme et un bon coeur." La jeune femme peut compter sur le soutien de ses fans pour retrouver un peu de sourire, ils ont été nombreux à lui témoigner leur amour. Miranda Kerr © Instagram Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Agence Naissance - Miranda Kerr est maman pour la troisième fois d'un petit garçon prénommé Myles - Miranda Kerr à la soirée LACMA Art + Film en l'honneur de Catherine Opie et Guillermo Del © Agence Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Action Press Miranda Kerr © Backgrid UK Miranda Kerr © Backgrid UK Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Backgrid USA Miranda Kerr © Backgrid USA
03 mars 2021

Les meilleurs conseils de mamans stars

Peu importe là d'où on vient, devenir maman est une expérience unique, faite à la fois de joies profondes, mais aussi de grandes difficultés. Le rôle à lui seul vient avec de nombreuses questions, auxquelles il n'est jamais simple de savoir répondre seule. Comment inculquer certaines valeurs à son enfant ? Quels conseils faut-il lui donner ? Suis-je une bonne mère ? Ces questions, les mamans stars se les posent aussi.Mère de trois petites filles, Blake Lively est, comme toute les mères, passée par l'étape du doute. Et afin de se poser le moins de questions possible, la star de Gossip Girl a adopté une tactique simple, qu'elle conseille à toutes les autres mamans : ne pas trop s'inquiéter, mais s'attendre à tout. "Avoir un bébé, c'est vivre dans l'inattendu constant. On ne sait jamais quand on va se faire faire caca dessus ou quand on va recevoir un sourire, qui va se transformer en pleurs hystériques", confie-t-elle.Favoriser la communication pour Kate Middleton, la créativité pour Katie HolmesPour ce qui est de l'éducation et de l'éveil de bébé, les stars ont également leur lot de conseils. Kate Middleton, maman de trois petits princes et princesse, conseille à toutes les mamans de valoriser le contact visuel avec les enfants. Selon elle, s'adresser aux enfants en se mettant à leur hauteur leur donne un sentiment d'importance, qui booste l'estime de soi et favorise la communication entre les membres de la famille. Cette communication, Katie Holmes y accorde également beaucoup d'importance. Selon la star de Dawson, maman d'une petite Suri, il est essentiel de prendre le temps de bricoler avec ses enfants. Non seulement cela favorise-t-il la communication parents-enfants, mais c'est également une manière pour les enfants de développer leur créativité. "J'essaye de faire ce que ma mère faisait pour moi, de passer du temps avec elle à fabriquer des vêtements pour poupée ou à jardiner. Quand Suri vient sur les plateaux, on fait des projets artistiques. J'essaye de la tenir occupée et inspirée", explique l'ex-femme de Tom Cruise.De son côté, la star de la télévision américaine Kim Kardashian accorde beaucoup d'importance à l'identité. Selon elle, il est essentiel de faire comprendre à ses enfants l'importance d'être soi-même, aussi bien dans son caractère que dans sa façon de s'habiller. "Le conseil de beauté le plus important que je vais donner à North et Chi (North et Chicago, ses deux filles, ndlr), c'est de 'toujours avoir confiance en ce que vous portez. Soyez vous !", confie l'ex de Kanye West.Michelle Obama : "Je veux que mes filles aient une mère qui prend soin d'elle"Mais prendre soin des enfants, c'est aussi prendre soin de soi. S'il y a un conseil que Michelle Obama veut donner aux autres mamans, c'est de prendre le temps d'être une femme avant d'être une mère. Après tout, c'est aussi un bon exemple à donner à sa progéniture. "Je veux que mes filles aient une mère qui prend soin d'elle, parce que sincèrement, ma mère ne le faisait pas", confesse l'ex Première Dame des États-Unis. Un point de vue partagé par Jennifer Hudson, qui conseille à toutes les mères de "prendre leur sommeil en main". Elle leur recommande également de laisser le temps au temps, et de profiter de tous les petits moments. "Profitez. Avec nos vies chargées, nous laissons souvent d'autres personnes prendre soin de nos enfants. Il faut prendre le temps d'être maman", soutient l'actrice de 39 ans, maman d'un petit David Daniel Otunga Jr. Michelle Obama en 2013 © FAMEFLYNET Michelle Obama © FAMEFLYNET Barack Obama, sa femme Michelle Obama et leurs filles Malia et Sasha © The White House via BestImage Michelle Obama © FAMEFLYNET Jennifer Hudson © Backgrid UK Jennifer Hudson en 2019. © Backgrid UK Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively - Les célébrités assistent au défilé de Michael Kors lors de la New York Fashion Week (4 - 12 février 2020), le 12 février 2020. © Backgrid USA Kate Middleton © Agence Kate Middleton, duchesse de Cambridge © Agence Kim Kardashian © Backgrid UK Kim Kardashian en 2020. © Backgrid UK Peu importe là d'où on vient, devenir maman est une expérience unique, faite à la fois de joies profondes, mais aussi de grandes difficultés. Le rôle à lui seul vient avec de nombreuses questions, auxquelles il n'est jamais simple de savoir répondre seule. Comment inculquer certaines valeurs à son enfant ? Quels conseils faut-il lui donner ? Suis-je une bonne mère ? Ces questions, les mamans stars se les posent aussi.Mère de trois petites filles, Blake Lively est, comme toute les mères, passée par l'étape du doute. Et afin de se poser le moins de questions possible, la star de Gossip Girl a adopté une tactique simple, qu'elle conseille à toutes les autres mamans : ne pas trop s'inquiéter, mais s'attendre à tout. "Avoir un bébé, c'est vivre dans l'inattendu constant. On ne sait jamais quand on va se faire faire caca dessus ou quand on va recevoir un sourire, qui va se transformer en pleurs hystériques", confie-t-elle.Favoriser la communication pour Kate Middleton, la créativité pour Katie HolmesPour ce qui est de l'éducation et de l'éveil de bébé, les stars ont également leur lot de conseils. Kate Middleton, maman de trois petits princes et princesse, conseille à toutes les mamans de valoriser le contact visuel avec les enfants. Selon elle, s'adresser aux enfants en se mettant à leur hauteur leur donne un sentiment d'importance, qui booste l'estime de soi et favorise la communication entre les membres de la famille. Cette communication, Katie Holmes y accorde également beaucoup d'importance. Selon la star de Dawson, maman d'une petite Suri, il est essentiel de prendre le temps de bricoler avec ses enfants. Non seulement cela favorise-t-il la communication parents-enfants, mais c'est également une manière pour les enfants de développer leur créativité. "J'essaye de faire ce que ma mère faisait pour moi, de passer du temps avec elle à fabriquer des vêtements pour poupée ou à jardiner. Quand Suri vient sur les plateaux, on fait des projets artistiques. J'essaye de la tenir occupée et inspirée", explique l'ex-femme de Tom Cruise.De son côté, la star de la télévision américaine Kim Kardashian accorde beaucoup d'importance à l'identité. Selon elle, il est essentiel de faire comprendre à ses enfants l'importance d'être soi-même, aussi bien dans son caractère que dans sa façon de s'habiller. "Le conseil de beauté le plus important que je vais donner à North et Chi (North et Chicago, ses deux filles, ndlr), c'est de 'toujours avoir confiance en ce que vous portez. Soyez vous !", confie l'ex de Kanye West.Michelle Obama : "Je veux que mes filles aient une mère qui prend soin d'elle"Mais prendre soin des enfants, c'est aussi prendre soin de soi. S'il y a un conseil que Michelle Obama veut donner aux autres mamans, c'est de prendre le temps d'être une femme avant d'être une mère. Après tout, c'est aussi un bon exemple à donner à sa progéniture. "Je veux que mes filles aient une mère qui prend soin d'elle, parce que sincèrement, ma mère ne le faisait pas", confesse l'ex Première Dame des États-Unis. Un point de vue partagé par Jennifer Hudson, qui conseille à toutes les mères de "prendre leur sommeil en main". Elle leur recommande également de laisser le temps au temps, et de profiter de tous les petits moments. "Profitez. Avec nos vies chargées, nous laissons souvent d'autres personnes prendre soin de nos enfants. Il faut prendre le temps d'être maman", soutient l'actrice de 39 ans, maman d'un petit David Daniel Otunga Jr. Michelle Obama en 2013 © FAMEFLYNET Michelle Obama © FAMEFLYNET Barack Obama, sa femme Michelle Obama et leurs filles Malia et Sasha © The White House via BestImage Michelle Obama © FAMEFLYNET Jennifer Hudson © Backgrid UK Jennifer Hudson en 2019. © Backgrid UK Blake Lively © Backgrid USA Blake Lively - Les célébrités assistent au défilé de Michael Kors lors de la New York Fashion Week (4 - 12 février 2020), le 12 février 2020. © Backgrid USA Kate Middleton © Agence Kate Middleton, duchesse de Cambridge © Agence Kim Kardashian © Backgrid UK Kim Kardashian en 2020. © Backgrid UK
03 mars 2021

Madonna : le jour où elle a demandé à Pedro Almodovar de traduire son message provocateur à Antonio Banderas

C'est ce que l'on appelle un vrai crush. Avant de donner la réplique à Antonio Banderas dans le film Evita en 1996, Madonna avait le béguin pour le comédien. Pendant de longues années, la chanteuse a tout tenté pour séduire le bel espagnol, alors en couple. Et elle a essayé de rallier Pedro Almodovar à sa cause. Le réalisateur, qui sort un court-métrage réalisé pendant le confinement, a fait d'étonnantes confidences dans les colonnes de Télérama. Ces dernières semaines, il s'est souvenu "du coup de fil [qu'il avait] reçu de Madonna, un matin, à l'hôtel où [il avait] dormi après une soirée des Oscars". "Et j'ai repensé à une autre soirée au cours de laquelle Madonna m'avait demandé de traduire à Antonio ce qu'elle voulait lui dire, a raconté Pedro Almodovar à nos confrères, toujours très amusé d'avoir joué l'intermédiaire entre les deux stars. Elle lui demandait s'il aimait battre les femmes ou s'il préférait que ce soit les femmes qui le maltraitent." Dans une interview accordée à Vulture, il racontait avoir traduit cette question provocante à Antonio Banderas. "Antonio n'a rien dit. Il a marmonné et il a fait la grimace comme pour dire : 'je suis un gentleman espagnol, et je ferai tout ce qu'une dame me demande de faire'. Pour moi, c'était un silence et un geste éloquents. Mais Madonna en voulait plus. Il a demandé à nouveau... et a obtenu la même réponse", continuait Pedro Almodovar. Obsédée par Antonio Banderas, la star en a même tiré un documentaire, Action ou vérité, tourné lors d'un dîner. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que celui qui a été victime d'une crise cardiaque n'avait pas remarqué les appels de Madonna."Je n'avais aucune idée de ce qu'elle me voulait. Elle m'a appelé, et je terminais les Mambo Kings ici à Los Angeles", racontait-il lors de la promotion d'un film... de Pedro Almodovar.Madonna : "C'est l'un des rares acteurs que je mourais d'envie de rencontrer""Je pensais que quelqu'un me jouait une blague parce que j'ai décroché le téléphone et que c'était Madonna, je ne pouvais pas y croire", plaisantait-il. Dans ce documentaire, sorti en 1990 et dans lequel elle retraçait l'une de ses tournées, la chanteuse présentait le comédien à des gens qui ne le connaissaient pas. "Antonio Banderas est cet acteur espagnol pour lequel j'ai le béguin depuis deux ans, a déclaré Madonna dans le documentaire. J'ai vu tous les films d'Antonio. Je dois dire que c'est l'un des rares acteurs que je mourais d'envie de rencontrer. J'ai passé toute la semaine à me préparer pour cette fête et j'ai tout réglé dans ma tête : je vais faire en sorte qu'Antiono tombe follement amoureuse de moi. Bien qu'il y ait un obstacle majeur sur lequel je n'ai jamais vraiment compté: sa femme." Son subterfuge n'a jamais fonctionné. Antonia Banderas et Madonna © ALPHA AGENCY Antonia Banderas et Madonna © LALO YASKY Madonna © FAMEFLYNET Madonna © Zuma Press Pedro Almodóvar © Backgrid USA Madonna © Backgrid USA Pedro Almodovar © SGP Pedro Almodovar © Action Press Pedro Almodovar © Zuma Press Antonio Banderas © Zuma Press Antonio Banderas © Zuma Press Antonio Banderas © Action Press C'est ce que l'on appelle un vrai crush. Avant de donner la réplique à Antonio Banderas dans le film Evita en 1996, Madonna avait le béguin pour le comédien. Pendant de longues années, la chanteuse a tout tenté pour séduire le bel espagnol, alors en couple. Et elle a essayé de rallier Pedro Almodovar à sa cause. Le réalisateur, qui sort un court-métrage réalisé pendant le confinement, a fait d'étonnantes confidences dans les colonnes de Télérama. Ces dernières semaines, il s'est souvenu "du coup de fil [qu'il avait] reçu de Madonna, un matin, à l'hôtel où [il avait] dormi après une soirée des Oscars". "Et j'ai repensé à une autre soirée au cours de laquelle Madonna m'avait demandé de traduire à Antonio ce qu'elle voulait lui dire, a raconté Pedro Almodovar à nos confrères, toujours très amusé d'avoir joué l'intermédiaire entre les deux stars. Elle lui demandait s'il aimait battre les femmes ou s'il préférait que ce soit les femmes qui le maltraitent." Dans une interview accordée à Vulture, il racontait avoir traduit cette question provocante à Antonio Banderas. "Antonio n'a rien dit. Il a marmonné et il a fait la grimace comme pour dire : 'je suis un gentleman espagnol, et je ferai tout ce qu'une dame me demande de faire'. Pour moi, c'était un silence et un geste éloquents. Mais Madonna en voulait plus. Il a demandé à nouveau... et a obtenu la même réponse", continuait Pedro Almodovar. Obsédée par Antonio Banderas, la star en a même tiré un documentaire, Action ou vérité, tourné lors d'un dîner. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que celui qui a été victime d'une crise cardiaque n'avait pas remarqué les appels de Madonna."Je n'avais aucune idée de ce qu'elle me voulait. Elle m'a appelé, et je terminais les Mambo Kings ici à Los Angeles", racontait-il lors de la promotion d'un film... de Pedro Almodovar.Madonna : "C'est l'un des rares acteurs que je mourais d'envie de rencontrer""Je pensais que quelqu'un me jouait une blague parce que j'ai décroché le téléphone et que c'était Madonna, je ne pouvais pas y croire", plaisantait-il. Dans ce documentaire, sorti en 1990 et dans lequel elle retraçait l'une de ses tournées, la chanteuse présentait le comédien à des gens qui ne le connaissaient pas. "Antonio Banderas est cet acteur espagnol pour lequel j'ai le béguin depuis deux ans, a déclaré Madonna dans le documentaire. J'ai vu tous les films d'Antonio. Je dois dire que c'est l'un des rares acteurs que je mourais d'envie de rencontrer. J'ai passé toute la semaine à me préparer pour cette fête et j'ai tout réglé dans ma tête : je vais faire en sorte qu'Antiono tombe follement amoureuse de moi. Bien qu'il y ait un obstacle majeur sur lequel je n'ai jamais vraiment compté: sa femme." Son subterfuge n'a jamais fonctionné. Antonia Banderas et Madonna © ALPHA AGENCY Antonia Banderas et Madonna © LALO YASKY Madonna © FAMEFLYNET Madonna © Zuma Press Pedro Almodóvar © Backgrid USA Madonna © Backgrid USA Pedro Almodovar © SGP Pedro Almodovar © Action Press Pedro Almodovar © Zuma Press Antonio Banderas © Zuma Press Antonio Banderas © Zuma Press Antonio Banderas © Action Press
03 mars 2021

Le frère de Dalida, Orlando, s'insurge contre les récentes accusations d'inceste

Il y a près de trois ans, le mouvement #MeToo libérait la parole et les témoignages sur le harcèlement et les agressions sexuelles. Il ouvrait la voix à toutes les victimes. Suivirent Vanessa Springora et son Consentement, où elle décrit l'emprise qu'a eu sur elle l'écrivain Gabriel Matzneff alors qu'elle n'était âgée que de 14 ans.Depuis quelques semaines, ce sont les accusations d'inceste qui se multiplient. Camille Kouchner a ouvert la voie avec son livre la Familia grande. Elle y accuse le politologue Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau. Plus récemment, Coline Berry a accusé son père, l'acteur Richard Berry, de comportements incestueux alors qu'elle n'était qu'une enfant."Pourquoi pas avant ?" s'interroge OrlandoInvité dans l'émission de Jordan De Luxe sur Non Stop People, Orlando (le frère de Dalida) assure que "c'est très bien que les langues se délient comme on dit sauf si c'est dans un but commercial, moi je préfère que les gens s'expriment sans avoir des arrières-pensées par la suite". Mais il poursuit : "la seule chose c'est... Pourquoi pas avant ! Pourquoi attendre tant d'années ! Quand ça arrive, il faut le dire,il faut le dénoncer c'est criminel. Mais en temps et en heure ! Il y a un livre alors toutes les langues se délient !"Orlando reconnait tout de même qu'il n'est pas facile de sortir du silence pour prendre la parole "quand on a porté ce poids en soit, un jour ou l'autre il faut que ça sorte... mais sortons le, pas en se couvrant derrière d'autres, il faut avoir le courage de le faire (NDLR : parler) tout de suite » a-t-il conclu. Orlando © COADIC GUIREC Orlando © COADIC GUIREC Orlando © COADIC GUIREC Richard Berry © RACHID BELLAK Richard Berry © Giancarlo Gorassini Olivier Duhamel © CEDRIC PERRIN Olivier Duhamel © CEDRIC PERRIN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © VEEREN Richard Berry © LIONEL URMAN Orlando © Non Stop People Orlando © Non Stop People Il y a près de trois ans, le mouvement #MeToo libérait la parole et les témoignages sur le harcèlement et les agressions sexuelles. Il ouvrait la voix à toutes les victimes. Suivirent Vanessa Springora et son Consentement, où elle décrit l'emprise qu'a eu sur elle l'écrivain Gabriel Matzneff alors qu'elle n'était âgée que de 14 ans.Depuis quelques semaines, ce sont les accusations d'inceste qui se multiplient. Camille Kouchner a ouvert la voie avec son livre la Familia grande. Elle y accuse le politologue Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau. Plus récemment, Coline Berry a accusé son père, l'acteur Richard Berry, de comportements incestueux alors qu'elle n'était qu'une enfant."Pourquoi pas avant ?" s'interroge OrlandoInvité dans l'émission de Jordan De Luxe sur Non Stop People, Orlando (le frère de Dalida) assure que "c'est très bien que les langues se délient comme on dit sauf si c'est dans un but commercial, moi je préfère que les gens s'expriment sans avoir des arrières-pensées par la suite". Mais il poursuit : "la seule chose c'est... Pourquoi pas avant ! Pourquoi attendre tant d'années ! Quand ça arrive, il faut le dire,il faut le dénoncer c'est criminel. Mais en temps et en heure ! Il y a un livre alors toutes les langues se délient !"Orlando reconnait tout de même qu'il n'est pas facile de sortir du silence pour prendre la parole "quand on a porté ce poids en soit, un jour ou l'autre il faut que ça sorte... mais sortons le, pas en se couvrant derrière d'autres, il faut avoir le courage de le faire (NDLR : parler) tout de suite » a-t-il conclu. Orlando © COADIC GUIREC Orlando © COADIC GUIREC Orlando © COADIC GUIREC Richard Berry © RACHID BELLAK Richard Berry © Giancarlo Gorassini Olivier Duhamel © CEDRIC PERRIN Olivier Duhamel © CEDRIC PERRIN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © VEEREN Richard Berry © LIONEL URMAN Orlando © Non Stop People Orlando © Non Stop People
03 mars 2021

Jesta (Mamans et célèbres) jeune maman : ses confidences sur sa nouvelle vie à quatre, "une belle réussite"

Ce sont des parents comblés ! Le 11 février dernier, Jesta Hillmann a accouché de son deuxième enfant, un petit garçon prénommé Adriann. Un véritable bonheur pour l'ancienne candidate de Koh Lanta et pour son chéri, Benoit Assadi. "Ce petit ange nous a fait vivre un accouchement de rêve, un accouchement réellement magique, je n'aurais jamais même osé imaginer que cela était possible", écrivait la jeune maman sur son compte Instagram. Depuis un peu plus d'un mois donc, la vie de la petite famille a été bouleversée par l'arrivée du petit frère de Juliann. Et comme elle en a l'habitude, Jesta Hillmann partage ses craintes et ses joies avec ses admirateurs sur les réseaux sociaux. Ce mercredi 3 mars, la jeune femme a partagé une adorable photo de ses deux enfants."Photo prise à l'instant T de petit monsieur Juliann qui dit bonjour à son petit frère de bon matin, au saut du lit", a-t-elle écrit, émerveillée devant son aîné qui carresse tendrement la joue de son petit frère, tout sourire dans son berceau. Jesta Hillmann a ensuite faire des confidences sur le quotidien de cette jolie famille de quatre. "Pour le moment Juliann n'est pas du tout jaloux quand on a Adriann dans nos bras et qu'on prend soin de lui, s'est réjouie la jeune maman. A chaque fois qu'il le voit il sourit et veut le toucher donc ça se passe super bien. Malgré parfois le côté brusque qui prend un peu le dessus mais dans l'ensemble cette vie a 4 est une belle réussite pour l'instant." Quelques jours après avoir donné naissance à son deuxième enfant, Jesta Hillmann expliquait à ses abonnés avoir vécu un accouchement de rêve.Jesta Hillmann : "C'est allé tellement vite, on n'a rien vu venir""Pendant qu'on regardait Top Chef je ressentais quelque chose qui n'était pas agréable. Je ne comprenais pas trop ce que je ressentais. Je me refusais d'y croire car je ne voulais pas avoir de faux espoirs, commençait-elle. Ça s'est intensifié et je lui ai dit que si je le ressentais encore dix fois, on allait à la maternité. Pour moi ce n'était pas des contractions de travail, et puis parfois c'était espacé de vingt minutes alors j'hésitais." Sur les conseils de son mari, elle s'est rendu à la maternité. "Deux heures se sont écoulées avant qu'on me dise que j'étais à 10 et que d'ici trente minutes j'allais rencontrer mon bébé. Avec Benoît on était choqués, plaisantait-elle. C'est allé tellement vite, on n'a rien vu venir. Il n'y a pas eu de douleurs, de souffrances. Tout s'est fait naturellement." C'est désormais à quatre que Jesta, Benoit, Juliann et Adriann profitent de leur quotidien. Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Ce sont des parents comblés ! Le 11 février dernier, Jesta Hillmann a accouché de son deuxième enfant, un petit garçon prénommé Adriann. Un véritable bonheur pour l'ancienne candidate de Koh Lanta et pour son chéri, Benoit Assadi. "Ce petit ange nous a fait vivre un accouchement de rêve, un accouchement réellement magique, je n'aurais jamais même osé imaginer que cela était possible", écrivait la jeune maman sur son compte Instagram. Depuis un peu plus d'un mois donc, la vie de la petite famille a été bouleversée par l'arrivée du petit frère de Juliann. Et comme elle en a l'habitude, Jesta Hillmann partage ses craintes et ses joies avec ses admirateurs sur les réseaux sociaux. Ce mercredi 3 mars, la jeune femme a partagé une adorable photo de ses deux enfants."Photo prise à l'instant T de petit monsieur Juliann qui dit bonjour à son petit frère de bon matin, au saut du lit", a-t-elle écrit, émerveillée devant son aîné qui carresse tendrement la joue de son petit frère, tout sourire dans son berceau. Jesta Hillmann a ensuite faire des confidences sur le quotidien de cette jolie famille de quatre. "Pour le moment Juliann n'est pas du tout jaloux quand on a Adriann dans nos bras et qu'on prend soin de lui, s'est réjouie la jeune maman. A chaque fois qu'il le voit il sourit et veut le toucher donc ça se passe super bien. Malgré parfois le côté brusque qui prend un peu le dessus mais dans l'ensemble cette vie a 4 est une belle réussite pour l'instant." Quelques jours après avoir donné naissance à son deuxième enfant, Jesta Hillmann expliquait à ses abonnés avoir vécu un accouchement de rêve.Jesta Hillmann : "C'est allé tellement vite, on n'a rien vu venir""Pendant qu'on regardait Top Chef je ressentais quelque chose qui n'était pas agréable. Je ne comprenais pas trop ce que je ressentais. Je me refusais d'y croire car je ne voulais pas avoir de faux espoirs, commençait-elle. Ça s'est intensifié et je lui ai dit que si je le ressentais encore dix fois, on allait à la maternité. Pour moi ce n'était pas des contractions de travail, et puis parfois c'était espacé de vingt minutes alors j'hésitais." Sur les conseils de son mari, elle s'est rendu à la maternité. "Deux heures se sont écoulées avant qu'on me dise que j'étais à 10 et que d'ici trente minutes j'allais rencontrer mon bébé. Avec Benoît on était choqués, plaisantait-elle. C'est allé tellement vite, on n'a rien vu venir. Il n'y a pas eu de douleurs, de souffrances. Tout s'est fait naturellement." C'est désormais à quatre que Jesta, Benoit, Juliann et Adriann profitent de leur quotidien. Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram Jesta Hillmann © Instagram
03 mars 2021

Meghan Markle et Harry : ce deal à un million de livres derrière l'interview d'Oprah Winfrey

C'est une interview très attendue qui vaut déjà de l'or ! Le 7 mars prochain, Meghan Markle et le prince Harry se livreront sans tabou sur leur ancienne vie auprès de la famille royale face à Oprah Winfrey. Un entretien de près de deux heures, dans lequel les révélations promettent déjà d'être nombreuses, si l'on s'en tient au premier teaser dévoilé sur Youtube. Dans celui-ci, les parents de Archie, qui vivent désormais en Californie, racontent leur calvaire avec la presse et la médiatisation alors qu'ils étaient membres de la famille royale en faisant notamment un parallèle avec le triste destin de Diana, la mère de Harry. Alors que nombreux sont les téléspectateurs qui attendent avec impatience de découvrir ces confidences dans leur intégralité, les chaînes n'hésitent pas à négocier la diffusion de l'interview pour d'impressionnantes sommes d'argent. CBS, le diffuseur américain, a accepté de vendre des droits de diffusion à la chaîne britannique ITV News pour la modique somme de 1 million de livres. C'est donc sur ITV, lors d'une soirée spéciale primetime que les Anglais pourront suivre cet événement télévisuel, le 8 mars prochain, 24 h après sa première diffusion aux Etats-Unis, le dimanche soir.En concluant ce deal à 1 million, ITV est parvenu à s'imposer face à ses concurrents mais s'est également attiré les foudres de plusieurs téléspectateurs et d'experts royaux, qui qualifient cette négociation de "déplorable" et "d'extrêmement insensible". Ils regrettent que la chaîne n'ait pas pris en compte les avertissements qui prévenaient que la diffusion de cette interview explosive pourrait avoir l'effet d'une " bombe diplomatique", alors que le prince Philip est hospitalisé depuis plusieurs semaines. Nombreux sont ceux qui appellent déjà au boycott.Un coup en or pour ITV ?Les chaînes espèrent bien s'en mettre plein les poches avec la diffusion de cette interview de Meghan Markle et du prince Harry. ITV compte récupérer l'argent investi notamment par le biais des publicités. Aux Etats-Unis un créneau de 30 secondes de pub coûterait déjà 200 000 $ soit environ 144 000 £. La chaîne britannique aurait déjà prévu d'intercaler pas moins de 24 minutes de temps publicitaire. Cela ne permettra peut-être pas de générer 1 million de livres, mais ITV entend également tirer profit de la large couverture médiatique dont ils vont bénéficier. Reste à voir si l'entretien sera bien diffusé aux dates prévues. Au vue de l'état de santé du mari d'Elizabeth II qui ne semble pas s'arranger, les grands patrons de CBS ont déjà évoqué leur intention de changer de programme si cela s'avère trop délicat. Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © CNN Meghan Markle et le prince Harry © CNN Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © JLPPA Meghan Markle et le prince Harry © Dana Press Meghan Markle et le prince Harry © Dana Press Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA C'est une interview très attendue qui vaut déjà de l'or ! Le 7 mars prochain, Meghan Markle et le prince Harry se livreront sans tabou sur leur ancienne vie auprès de la famille royale face à Oprah Winfrey. Un entretien de près de deux heures, dans lequel les révélations promettent déjà d'être nombreuses, si l'on s'en tient au premier teaser dévoilé sur Youtube. Dans celui-ci, les parents de Archie, qui vivent désormais en Californie, racontent leur calvaire avec la presse et la médiatisation alors qu'ils étaient membres de la famille royale en faisant notamment un parallèle avec le triste destin de Diana, la mère de Harry. Alors que nombreux sont les téléspectateurs qui attendent avec impatience de découvrir ces confidences dans leur intégralité, les chaînes n'hésitent pas à négocier la diffusion de l'interview pour d'impressionnantes sommes d'argent. CBS, le diffuseur américain, a accepté de vendre des droits de diffusion à la chaîne britannique ITV News pour la modique somme de 1 million de livres. C'est donc sur ITV, lors d'une soirée spéciale primetime que les Anglais pourront suivre cet événement télévisuel, le 8 mars prochain, 24 h après sa première diffusion aux Etats-Unis, le dimanche soir.En concluant ce deal à 1 million, ITV est parvenu à s'imposer face à ses concurrents mais s'est également attiré les foudres de plusieurs téléspectateurs et d'experts royaux, qui qualifient cette négociation de "déplorable" et "d'extrêmement insensible". Ils regrettent que la chaîne n'ait pas pris en compte les avertissements qui prévenaient que la diffusion de cette interview explosive pourrait avoir l'effet d'une " bombe diplomatique", alors que le prince Philip est hospitalisé depuis plusieurs semaines. Nombreux sont ceux qui appellent déjà au boycott.Un coup en or pour ITV ?Les chaînes espèrent bien s'en mettre plein les poches avec la diffusion de cette interview de Meghan Markle et du prince Harry. ITV compte récupérer l'argent investi notamment par le biais des publicités. Aux Etats-Unis un créneau de 30 secondes de pub coûterait déjà 200 000 $ soit environ 144 000 £. La chaîne britannique aurait déjà prévu d'intercaler pas moins de 24 minutes de temps publicitaire. Cela ne permettra peut-être pas de générer 1 million de livres, mais ITV entend également tirer profit de la large couverture médiatique dont ils vont bénéficier. Reste à voir si l'entretien sera bien diffusé aux dates prévues. Au vue de l'état de santé du mari d'Elizabeth II qui ne semble pas s'arranger, les grands patrons de CBS ont déjà évoqué leur intention de changer de programme si cela s'avère trop délicat. Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © CNN Meghan Markle et le prince Harry © CNN Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © JLPPA Meghan Markle et le prince Harry © Dana Press Meghan Markle et le prince Harry © Dana Press Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle et le prince Harry © Agence Meghan Markle et le prince Harry © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle et le prince Harry © Backgrid USA
03 mars 2021

Le prince Philip hospitalisé : son traitement lui fait mal, confie Camilla Parker Bowles

Les nouvelles du prince Philip ne sont pas réjouissantes. Admis à la clinique King Edward VII "par mesures de précaution" le 16 février dernier puis transféré à l'hôpital Saint-Barthélemy de Londres le 1er mars, le duc d'Edimbourg suit un traitement contre une "infection et une pathologie cardiaque préexistante". Et si l'on en croit sa belle-fille, Camilla Parker Bowles, le prince traverserait actuellement des moments très difficiles.A l'occasion d'une visite au centre de vaccination de Croydon, dans le sud de Londres, la duchesse de Cornwall a notamment révélé que l'état de santé du prince consort "s'améliorerait légèrement", mais que son traitement "lui ferait mal par moment". Elle a ajouté "garder les doigts croisés" pour que l'état de santé du prince Philip se stabilise dans les jours à venir. Selon les dernières informations communiquées par Buckingham Palace, le duc serait toujours sous observation. Il aurait été transféré à l'hôpital Saint-Barthélemy afin de passer une série d'examens en lien avec sa santé cardiovasculaire. Mercredi 3 mars marque le 15ème jour d'hospitalisation pour le prince. Il s'agit de son plus long séjour en établissement de santé.Les Britanniques inquietsUn séjour qui n'est pas sans inquiéter les Britanniques. Depuis l'arrivée de Philip Mountbatten au King Edward VII Hospital, Anglais et Anglaises se disent très préoccupés par l'état de santé du prince, figure emblématique de la monarchie. "J'espère qu'il va s'en sortir. Ce serait tellement étrange qu'il disparaisse. Je n'ai jamais connu que lui avec la reine à la tête de la monarchie", confiait une passante fin février, devant l'hôpital où était suivi le duc. "C'est préoccupant car vu son âge, il est très fragile. On se réjouit de fêter le jubilé de la reine l'an prochain, ce serait tellement dommage s'il n'était plus là pour y assister", renchérissait une autre. Le 10 juin prochain, le prince Philip célèbrera son centième anniversaire. Il est prince consort du Royaume-Uni depuis le 6 février 1952, date du couronnement de sa femme Elizabeth II à l'abbaye de Westminster. Le prince Philip © Agence Le prince Philip © Agence Philip Moutbatten © Agence La reine Elisabeth II d'Angleterre et le prince Philip © Agence Prince Philip, duc d'Edimbourg © Agence Philip Moutbatten © Agence La reine Elisabeth II d'Angleterre et le prince Philip © Agence Elizabeth et Philip © Agence Elizabeth II et le Prince Philip en 1947 © Zuma Press Camilla Parker Bowles © Agence La duchesse de Cornouailles © Agence L'hôpital public de Saint-Bartholomew © Backgrid UK L'hôpital Saint-Bartholomew © Backgrid UK L'hôpital public de Saint-Bartholomew © Backgrid UK Illustration de l'hôpital public de Saint-Bartholomew où est soigné le prince Philip, duc d'Edimbourg à Londres . Le 2 mars 2021 © Backgrid UK Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles le 3 mars 2021. © Agence Camilla Parker Bowles le 3 mars 2021. © Agence Les nouvelles du prince Philip ne sont pas réjouissantes. Admis à la clinique King Edward VII "par mesures de précaution" le 16 février dernier puis transféré à l'hôpital Saint-Barthélemy de Londres le 1er mars, le duc d'Edimbourg suit un traitement contre une "infection et une pathologie cardiaque préexistante". Et si l'on en croit sa belle-fille, Camilla Parker Bowles, le prince traverserait actuellement des moments très difficiles.A l'occasion d'une visite au centre de vaccination de Croydon, dans le sud de Londres, la duchesse de Cornwall a notamment révélé que l'état de santé du prince consort "s'améliorerait légèrement", mais que son traitement "lui ferait mal par moment". Elle a ajouté "garder les doigts croisés" pour que l'état de santé du prince Philip se stabilise dans les jours à venir. Selon les dernières informations communiquées par Buckingham Palace, le duc serait toujours sous observation. Il aurait été transféré à l'hôpital Saint-Barthélemy afin de passer une série d'examens en lien avec sa santé cardiovasculaire. Mercredi 3 mars marque le 15ème jour d'hospitalisation pour le prince. Il s'agit de son plus long séjour en établissement de santé.Les Britanniques inquietsUn séjour qui n'est pas sans inquiéter les Britanniques. Depuis l'arrivée de Philip Mountbatten au King Edward VII Hospital, Anglais et Anglaises se disent très préoccupés par l'état de santé du prince, figure emblématique de la monarchie. "J'espère qu'il va s'en sortir. Ce serait tellement étrange qu'il disparaisse. Je n'ai jamais connu que lui avec la reine à la tête de la monarchie", confiait une passante fin février, devant l'hôpital où était suivi le duc. "C'est préoccupant car vu son âge, il est très fragile. On se réjouit de fêter le jubilé de la reine l'an prochain, ce serait tellement dommage s'il n'était plus là pour y assister", renchérissait une autre. Le 10 juin prochain, le prince Philip célèbrera son centième anniversaire. Il est prince consort du Royaume-Uni depuis le 6 février 1952, date du couronnement de sa femme Elizabeth II à l'abbaye de Westminster. Le prince Philip © Agence Le prince Philip © Agence Philip Moutbatten © Agence La reine Elisabeth II d'Angleterre et le prince Philip © Agence Prince Philip, duc d'Edimbourg © Agence Philip Moutbatten © Agence La reine Elisabeth II d'Angleterre et le prince Philip © Agence Elizabeth et Philip © Agence Elizabeth II et le Prince Philip en 1947 © Zuma Press Camilla Parker Bowles © Agence La duchesse de Cornouailles © Agence L'hôpital public de Saint-Bartholomew © Backgrid UK L'hôpital Saint-Bartholomew © Backgrid UK L'hôpital public de Saint-Bartholomew © Backgrid UK Illustration de l'hôpital public de Saint-Bartholomew où est soigné le prince Philip, duc d'Edimbourg à Londres . Le 2 mars 2021 © Backgrid UK Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles © Agence Camilla Parker Bowles, duchesse de Cornouailles le 3 mars 2021. © Agence Camilla Parker Bowles le 3 mars 2021. © Agence
03 mars 2021

Meghan Markle : le ferme démenti de Buckingham après les accusations de la duchesse de Sussex

Le timing n'est pas idéal... Dans quelques jours, CBS diffusera l'interview que Meghan Markle et le prince Harry ont accordée à Oprah Winfrey. Un long entretien durant lequel les Sussex reviendront sur leur départ des rangs de la famille royale et se confieront sur leur nouvelle vie aux États-Unis, sur leurs projets et la naissance prochaine de leur deuxième enfant. Mais aujourd'hui, c'est pour une toute autre actualité que la duchesse fait les gros titres : elle est accusée de harcèlement par d'anciens employés. Selon plusieurs sources, Meghan Markle abusivement licenciés deux assistants personnels, avant de harceler un troisième membre du personnel de Buckingham Palace. Une plainte pour intimidation a même été déposée à son encontre en 2018 par Jason Knauf, le secrétaire aux communications du couple. Dans un mail envoyé aux ressources humaines, il dépeint un quotidien sous pression."Je suis très préoccupé par le fait que la duchesse ait pu intimider deux assistants personnels au cours de l'année passée. Le traitement de X était totalement inacceptable, écrivait-il alors, comme le révèle The Times. La duchesse semble vouloir avoir toujours quelqu'un dans sa ligne de mire. Elle intimide Y et cherche à saper sa confiance. Nous avons reçu de nombreux rapports de personnes qui ont été témoins d'un comportement inacceptable envers Y." Peu après la publication de cette enquête, les Sussex ont nié en bloc les accusations par le biais d'un de leurs porte-parole. Selon lui, il ne s'agit là que "d'informations trompeuses et nuisibles" pour le couple : "La duchesse est attristée par cette dernière attaque contre elle, en particulier en tant que personne qui a déjà été la cible d'intimidations et qui est profondément engagée pour le soutin de ceux qui vivent des douleurs et des traumatismes".Buckingham Palace nie en bloc"Elle est déterminée à continuer son travail pour défendre la compassion dans le monde entier et continuera de s'efforcer de montrer l'exemple pour faire ce qui est bien", continue le couple avant d'accuser le quotidien britannique "d'être utilisé par Buckingham Palace". Selon eux, cette enquête est "une campagne de diffamation calculée basée sur de la désinformation trompeuse et blessante" et a été publiée volontairement à quelques jours de la diffusion de leur interview vérité. Des attaques auxquelles Buckingham Palace a rapidement répondu. Interrogé par le Daily Mail, un représentant a assuré que la publication n'était en rien orchestrée par le palais ni par des membres de la Couronne, qui se concentrent en ce moment sur la santé du prince Philip, hospitalisé depuis quelques jours. Les tensions entre les Sussex et The Firm ne sont pas terminées. Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle © CNN Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © Backgrid UK Le timing n'est pas idéal... Dans quelques jours, CBS diffusera l'interview que Meghan Markle et le prince Harry ont accordée à Oprah Winfrey. Un long entretien durant lequel les Sussex reviendront sur leur départ des rangs de la famille royale et se confieront sur leur nouvelle vie aux États-Unis, sur leurs projets et la naissance prochaine de leur deuxième enfant. Mais aujourd'hui, c'est pour une toute autre actualité que la duchesse fait les gros titres : elle est accusée de harcèlement par d'anciens employés. Selon plusieurs sources, Meghan Markle abusivement licenciés deux assistants personnels, avant de harceler un troisième membre du personnel de Buckingham Palace. Une plainte pour intimidation a même été déposée à son encontre en 2018 par Jason Knauf, le secrétaire aux communications du couple. Dans un mail envoyé aux ressources humaines, il dépeint un quotidien sous pression."Je suis très préoccupé par le fait que la duchesse ait pu intimider deux assistants personnels au cours de l'année passée. Le traitement de X était totalement inacceptable, écrivait-il alors, comme le révèle The Times. La duchesse semble vouloir avoir toujours quelqu'un dans sa ligne de mire. Elle intimide Y et cherche à saper sa confiance. Nous avons reçu de nombreux rapports de personnes qui ont été témoins d'un comportement inacceptable envers Y." Peu après la publication de cette enquête, les Sussex ont nié en bloc les accusations par le biais d'un de leurs porte-parole. Selon lui, il ne s'agit là que "d'informations trompeuses et nuisibles" pour le couple : "La duchesse est attristée par cette dernière attaque contre elle, en particulier en tant que personne qui a déjà été la cible d'intimidations et qui est profondément engagée pour le soutin de ceux qui vivent des douleurs et des traumatismes".Buckingham Palace nie en bloc"Elle est déterminée à continuer son travail pour défendre la compassion dans le monde entier et continuera de s'efforcer de montrer l'exemple pour faire ce qui est bien", continue le couple avant d'accuser le quotidien britannique "d'être utilisé par Buckingham Palace". Selon eux, cette enquête est "une campagne de diffamation calculée basée sur de la désinformation trompeuse et blessante" et a été publiée volontairement à quelques jours de la diffusion de leur interview vérité. Des attaques auxquelles Buckingham Palace a rapidement répondu. Interrogé par le Daily Mail, un représentant a assuré que la publication n'était en rien orchestrée par le palais ni par des membres de la Couronne, qui se concentrent en ce moment sur la santé du prince Philip, hospitalisé depuis quelques jours. Les tensions entre les Sussex et The Firm ne sont pas terminées. Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle © CNN Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © Agence Meghan Markle © Backgrid USA Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © Backgrid UK
03 mars 2021

Coline Berry affirme que son père Richard lui a “demandé pardon”

En janvier dernier, Coline Berry déposait une plainte contre son père Richard Berry pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineur". Des accusations que Richard Berry a toujours nié publiquement, les qualifiant même "d'immondes". Pourtant, il semblerait qu'auprès de sa fille il n'ait pas totalement réfuté les faits. En effet, sur les ondes d'Europe 1 ce mercredi 3 mars, Coline Berry révèle que son père lui a même "demandé pardon"à la suite d'échanges qu'elle aurait eu avec lui ces dernières semaines : "Il m'a demandé pardon, là il nie les faits en bloc mais c'est pas la réalité, ce qu'il a du mal à assumer c'est sa responsabilité en se défaussant sur d'autres personnes" a-t-elle confié avant d'ajouter : "Il refuse cette association de l'inceste comme si il mettait cela sur le compte d'un crime et de la pédophilie, c'est surtout ça qu'il a refusé d'accepter et donc forcèment la souffrance que ça a pu générer chez moi".Le 15 février dernier, elle révélait déjà à France info avoir eu des échanges avec son père : "Soit il minimise [les faits], en les considérant comme anecdotiques. Soit il considère que c'est de la faute de Jeane Manson, dont il aurait subi la liberté sexuelle. Ou alors je suis traitée de folle" avait-elle déclaré.Coline Berry prête à pardonner son père ?Si elle a décidé d'attaquer son géniteur en justice, la fille de Catherine Hiegel se dit tout de même prête à lui accorder son pardon, s'il venait à reconnaître les faits. Avant d'entamer ses démarches judiciaires, elle avait déjà essayé de lui tendre la main "des dizaines et des dizaines de fois, dans le privé", en vain. Elle reconnaît donc au micro d'Europe 1 qu'elle n'a plus eu d'autre choix que de le confronter publiquement : "C'est le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années. (...) Je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça." Aujourd'hui, celle qui refuse de passer pour une "folle" ou une personne "instable", espère réussir à retrouver "une forme de paix" par le biais de cette enquête, tandis qu'elle explique vivre "un paradoxe d'amour et de souffrance" : "C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on a fait des choses monstrueuses à un moment qu'on est un monstre". Coline Berry © Europe 1 Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Giancarlo Gorassini En janvier dernier, Coline Berry déposait une plainte contre son père Richard Berry pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineur". Des accusations que Richard Berry a toujours nié publiquement, les qualifiant même "d'immondes". Pourtant, il semblerait qu'auprès de sa fille il n'ait pas totalement réfuté les faits. En effet, sur les ondes d'Europe 1 ce mercredi 3 mars, Coline Berry révèle que son père lui a même "demandé pardon"à la suite d'échanges qu'elle aurait eu avec lui ces dernières semaines : "Il m'a demandé pardon, là il nie les faits en bloc mais c'est pas la réalité, ce qu'il a du mal à assumer c'est sa responsabilité en se défaussant sur d'autres personnes" a-t-elle confié avant d'ajouter : "Il refuse cette association de l'inceste comme si il mettait cela sur le compte d'un crime et de la pédophilie, c'est surtout ça qu'il a refusé d'accepter et donc forcèment la souffrance que ça a pu générer chez moi".Le 15 février dernier, elle révélait déjà à France info avoir eu des échanges avec son père : "Soit il minimise [les faits], en les considérant comme anecdotiques. Soit il considère que c'est de la faute de Jeane Manson, dont il aurait subi la liberté sexuelle. Ou alors je suis traitée de folle" avait-elle déclaré.Coline Berry prête à pardonner son père ?Si elle a décidé d'attaquer son géniteur en justice, la fille de Catherine Hiegel se dit tout de même prête à lui accorder son pardon, s'il venait à reconnaître les faits. Avant d'entamer ses démarches judiciaires, elle avait déjà essayé de lui tendre la main "des dizaines et des dizaines de fois, dans le privé", en vain. Elle reconnaît donc au micro d'Europe 1 qu'elle n'a plus eu d'autre choix que de le confronter publiquement : "C'est le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années. (...) Je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça." Aujourd'hui, celle qui refuse de passer pour une "folle" ou une personne "instable", espère réussir à retrouver "une forme de paix" par le biais de cette enquête, tandis qu'elle explique vivre "un paradoxe d'amour et de souffrance" : "C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on a fait des choses monstrueuses à un moment qu'on est un monstre". Coline Berry © Europe 1 Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Giancarlo Gorassini
03 mars 2021

Delphine Jubillar : le témoignage accablant d'un membre de la famille contre son mari Cédric

Un témoignage rare. Ce mercredi 3 mars, France Bleu a dévoilé un extrait de l'interview d'un proche de Delphine Jubillar qui a souhaité conserver l'anonymat. Dans celui-ci, extrait du documentaire "Delphine Jubillar, l'introuvable maman du Tarn", cette personne pointe la responsabilité de Cédric Jubillar dans la disparition de l'infirmière de 33 ans. Après avoir indiqué connaitre la jeune femme "depuis 14 ans", il n'hésite pas à la décrire comme une "femme adorable, très douce, très gentille, quelqu'un qui a la joie de vivre, qui aime ses enfants, son travail, une femme heureuse, qui semble heureuse". Il a également précisé qu'elle était une "maman à plein temps et qu'elle aime passer des moments avec ses enfants. Elle se repose très peu le matin pour pouvoir être disponible la journée, l'après-midi pour faire des gâteaux, des choses avec ses enfants pour après, le soir, repartir travailler" avant d'affirmer qu'elle faisait tout ça "sans aucune aide, parce qu'il n'était pas d'une grande aide". Ce "il" fait référence à son mari, Cédric Jubillar.Alors que Delphine et Cédric Jubillar étaient en instance de divorce, cette même source a expliqué : "La situation à la maison devenait invivable pour elle, lui ne voulait pas quitter le domicile et la laisser. Elle voulait demander la garde exclusive de ses enfants et prévoyait sa séparation pour après les fêtes pour ne pas les chambouler. Elle voulait les prendre pour le mois de janvier, allait être hébergée chez une collègue de travail en attendant de se trouver quelque chose d'autre et de vendre la maison". Selon ses propos, il semblerait que Cédric Jubillar ne supportait pas cette demande de divorce : "Plusieurs fois avant la disparition, on l'a entendu dire à sa mère : Oui je vais la tuer, je vais l'enterrer, personne va la retrouver. Elle veut me quitter, elle veut demander le divorce" a rapporté le proche de Delphine Jubillar. La situation familiale n'était pas au beau fixe, notamment à cause de l'épidémie de coronavirus et du confinement. Ainsi, c'est l'infirmière de 33 ans qui subvenait aux besoins de sa famille. Pour le membre de la famille de la disparue, conscient qu'il allait tout perdre, Cédric Jubillar a perdu pieds : "Il savait qu'il allait devoir tout recommencer depuis le début. Pour lui, Delphine c'était elle le pilier, c'était elle qui faisait tout. Il avait tout grâce à elle. Donc du jour au lendemain se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme".Me Jean-Baptiste Alary répond à ces accusationsFace à de telles accusations, l'avocat de Cédric Jubillar a souhaité répondre en affirmant que son client est "montré du doigt par les procureurs des réseaux sociaux qui le traduisent devant le tribunal des réseaux sociaux. Ces procureurs-là, auto-proclamés, existaient déjà et déversaient leurs accusations infondées probablement au coin d'un repas de famille ou au café du coin", dit-il. Il revient ensuite sur les propos du membre de la famille de Delphine concernant Cédric Jubillar : "Ils se sont rencontrés aux alentours de 17 ans. Il y a aura toujours une tendresse particulière, la tendresse qui a uni deux jeunes de 17 ans, je ne suis pas certain qu'elle disparaisse comme ça, surtout lorsqu'on se sépare d'un commun accord. Il n'y a pas de guerre intrafamiliale, il n'y a rien de tout ça". Il a conclu ses propos en affirmant : "Il faut vraiment se garder de jugements qui n'auraient pour seul fondement que des valeurs morales". A ce jour, Delphine Jubillar reste toujours introuvable. Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Google Maps Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © BFMTV Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © BFMTV Delphine Jubillar © BFMTV Un témoignage rare. Ce mercredi 3 mars, France Bleu a dévoilé un extrait de l'interview d'un proche de Delphine Jubillar qui a souhaité conserver l'anonymat. Dans celui-ci, extrait du documentaire "Delphine Jubillar, l'introuvable maman du Tarn", cette personne pointe la responsabilité de Cédric Jubillar dans la disparition de l'infirmière de 33 ans. Après avoir indiqué connaitre la jeune femme "depuis 14 ans", il n'hésite pas à la décrire comme une "femme adorable, très douce, très gentille, quelqu'un qui a la joie de vivre, qui aime ses enfants, son travail, une femme heureuse, qui semble heureuse". Il a également précisé qu'elle était une "maman à plein temps et qu'elle aime passer des moments avec ses enfants. Elle se repose très peu le matin pour pouvoir être disponible la journée, l'après-midi pour faire des gâteaux, des choses avec ses enfants pour après, le soir, repartir travailler" avant d'affirmer qu'elle faisait tout ça "sans aucune aide, parce qu'il n'était pas d'une grande aide". Ce "il" fait référence à son mari, Cédric Jubillar.Alors que Delphine et Cédric Jubillar étaient en instance de divorce, cette même source a expliqué : "La situation à la maison devenait invivable pour elle, lui ne voulait pas quitter le domicile et la laisser. Elle voulait demander la garde exclusive de ses enfants et prévoyait sa séparation pour après les fêtes pour ne pas les chambouler. Elle voulait les prendre pour le mois de janvier, allait être hébergée chez une collègue de travail en attendant de se trouver quelque chose d'autre et de vendre la maison". Selon ses propos, il semblerait que Cédric Jubillar ne supportait pas cette demande de divorce : "Plusieurs fois avant la disparition, on l'a entendu dire à sa mère : Oui je vais la tuer, je vais l'enterrer, personne va la retrouver. Elle veut me quitter, elle veut demander le divorce" a rapporté le proche de Delphine Jubillar. La situation familiale n'était pas au beau fixe, notamment à cause de l'épidémie de coronavirus et du confinement. Ainsi, c'est l'infirmière de 33 ans qui subvenait aux besoins de sa famille. Pour le membre de la famille de la disparue, conscient qu'il allait tout perdre, Cédric Jubillar a perdu pieds : "Il savait qu'il allait devoir tout recommencer depuis le début. Pour lui, Delphine c'était elle le pilier, c'était elle qui faisait tout. Il avait tout grâce à elle. Donc du jour au lendemain se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme".Me Jean-Baptiste Alary répond à ces accusationsFace à de telles accusations, l'avocat de Cédric Jubillar a souhaité répondre en affirmant que son client est "montré du doigt par les procureurs des réseaux sociaux qui le traduisent devant le tribunal des réseaux sociaux. Ces procureurs-là, auto-proclamés, existaient déjà et déversaient leurs accusations infondées probablement au coin d'un repas de famille ou au café du coin", dit-il. Il revient ensuite sur les propos du membre de la famille de Delphine concernant Cédric Jubillar : "Ils se sont rencontrés aux alentours de 17 ans. Il y a aura toujours une tendresse particulière, la tendresse qui a uni deux jeunes de 17 ans, je ne suis pas certain qu'elle disparaisse comme ça, surtout lorsqu'on se sépare d'un commun accord. Il n'y a pas de guerre intrafamiliale, il n'y a rien de tout ça". Il a conclu ses propos en affirmant : "Il faut vraiment se garder de jugements qui n'auraient pour seul fondement que des valeurs morales". A ce jour, Delphine Jubillar reste toujours introuvable. Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Google Maps Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © BFMTV Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar © BFMTV Delphine Jubillar © BFMTV
03 mars 2021

Cécilia Attias : son message discret à son ex-mari Nicolas Sarkozy après sa condamnation

L'affaire "des écoutes". Ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable par la chambre correctionnelle du tribunal de Paris pour "trafic d'influence et de corruption depuis 2014". Conséquemment, l'ancien président de la République a écopé de trois ans d'emprisonnement, dont un ferme. Le tribunal a estimé qu'un "pacte de corruption" avait bel et bien été conclu entre Nicolas Sarkozy, l'avocat Me Thierry Herzog et l'ancien magistrat Gilbert Azibert, qui ont été condamnés à la même sentence.Nicolas Sarkozy peut compter sur le soutien de nombreux élus de droite - et même de Gérald Darmanin - ainsi que de ses proches. Si le soutien de son épouse Carla Bruni n'est pas vraiment étonnant, celui de son ex-femme, si. Cécilia Attias a apporté son soutien à son ancien conjoint, mais en toute discrétion. Autrement dit pas dans une interview, ni dans une publication Instagram, mais sur les réseaux sociaux. Cécilia Attias a liké un tweet de Nicolas Sarkozy, partagé ce mardi 2 mars. Sur sa page Twitter, Nicolas Sarkozy a partagé une interview qu'il a accordée à nos confrères du Figaro, et a écrit en légende de son tweet : "À chaque fois que les règles d'un État de droit sont bafouées, mon indignation et ma détermination sont décuplées." Parmi les nombreuses mentions "j'aime", on peut apercevoir celle de Cécilia Attias. Et ce n'est pas tout, puisque dans la foulée, l'ex-Première dame a partagé l'article en question, sur sa propre page.Le soutien sans faille de Carla Bruni à Nicolas SarkozyAussitôt l'annonce de la condamnation de Nicolas Sarkozy, Carla Bruni a montré son indignation. Sur son compte Instagram, la chanteuse a partagé une photo de son couple, et a écrit en légende : "Quel acharnement insensé mon amour @nicolassarkozy... le combat continue, la vérité fera jour #injustice". Depuis le début de ce procès, la mère de famille de 53 ans a ouvertement apporté son soutien à son époux. Le 9 décembre dernier, Carla Bruni l'avait même accompagné au tribunal correctionnel de Paris.Nicolas Sarkozy: «Je ne peux accepter d'avoir été condamné pour ce que je n'ai pas fait» https://t.co/JRSQWpQtZO via @Le_Figaro— Cecilia Attias (@CeciliaAttias) March 2, 2021 Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Cécilia Attias © Stephane Lemouton Carla Bruni et Nicolas Sarkozy © Agence Cécilia Attias © COADIC GUIREC Nicolas Sarkozy © Agence Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Nicolas Sarkozy © Frédéric Andrieu / Panoramic / Bestimage Cécilia Attias © COADIC GUIREC Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Cécilia Attias et Nicolas Sarkozy © OLIVIER BORDE Cécilia Attias et Nicolas Sarkozy © OLIVIER BORDE Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis L'affaire "des écoutes". Ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable par la chambre correctionnelle du tribunal de Paris pour "trafic d'influence et de corruption depuis 2014". Conséquemment, l'ancien président de la République a écopé de trois ans d'emprisonnement, dont un ferme. Le tribunal a estimé qu'un "pacte de corruption" avait bel et bien été conclu entre Nicolas Sarkozy, l'avocat Me Thierry Herzog et l'ancien magistrat Gilbert Azibert, qui ont été condamnés à la même sentence.Nicolas Sarkozy peut compter sur le soutien de nombreux élus de droite - et même de Gérald Darmanin - ainsi que de ses proches. Si le soutien de son épouse Carla Bruni n'est pas vraiment étonnant, celui de son ex-femme, si. Cécilia Attias a apporté son soutien à son ancien conjoint, mais en toute discrétion. Autrement dit pas dans une interview, ni dans une publication Instagram, mais sur les réseaux sociaux. Cécilia Attias a liké un tweet de Nicolas Sarkozy, partagé ce mardi 2 mars. Sur sa page Twitter, Nicolas Sarkozy a partagé une interview qu'il a accordée à nos confrères du Figaro, et a écrit en légende de son tweet : "À chaque fois que les règles d'un État de droit sont bafouées, mon indignation et ma détermination sont décuplées." Parmi les nombreuses mentions "j'aime", on peut apercevoir celle de Cécilia Attias. Et ce n'est pas tout, puisque dans la foulée, l'ex-Première dame a partagé l'article en question, sur sa propre page.Le soutien sans faille de Carla Bruni à Nicolas SarkozyAussitôt l'annonce de la condamnation de Nicolas Sarkozy, Carla Bruni a montré son indignation. Sur son compte Instagram, la chanteuse a partagé une photo de son couple, et a écrit en légende : "Quel acharnement insensé mon amour @nicolassarkozy... le combat continue, la vérité fera jour #injustice". Depuis le début de ce procès, la mère de famille de 53 ans a ouvertement apporté son soutien à son époux. Le 9 décembre dernier, Carla Bruni l'avait même accompagné au tribunal correctionnel de Paris.Nicolas Sarkozy: «Je ne peux accepter d'avoir été condamné pour ce que je n'ai pas fait» https://t.co/JRSQWpQtZO via @Le_Figaro— Cecilia Attias (@CeciliaAttias) March 2, 2021 Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Cécilia Attias © Stephane Lemouton Carla Bruni et Nicolas Sarkozy © Agence Cécilia Attias © COADIC GUIREC Nicolas Sarkozy © Agence Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Nicolas Sarkozy © Frédéric Andrieu / Panoramic / Bestimage Cécilia Attias © COADIC GUIREC Cécilia Attias © ALAIN ROLLAND Cécilia Attias et Nicolas Sarkozy © OLIVIER BORDE Cécilia Attias et Nicolas Sarkozy © OLIVIER BORDE Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis
03 mars 2021

Sylvie Ortega incompréhensible : le plateau de TPMP médusé et hilare face à “l'agente” de Loana

C'est une affaire qui fait le tour des médias. Depuis quelques mois, Loana est revenue sur le devant de la scène après une descente aux enfers très remarquée. Le 22 février dernier, l'ex star de Loft Story a été hospitalisée après avoir été victime, selon les informations divulguées par Sylvie Ortega, d'une overdose de GHB. Cependant, après un coma de plusieurs heures, la candidate a révélé qu'il s'agit en réalité d'une tentative de meurtre de la part de son amie. Invitée de l'émission Touche pas à mon poste ce mardi 2 mars, Sylvie Ortega a souhaité revenir sur cette histoire et s'expliquer. Elle mentionne d'abord l'histoire des "bijoux volés" et indique qu'il n'y a eu "aucune cassure entre Loana et moi" avant d'affirmer : "Loana sait très bien ce qu'elle fait, elle est très manipulatrice". Elle ajoute également qu'il faut "ouvrir les yeux" et "être lucide". Cependant, elle s'est rapidement perdue dans ses explications. La raison ? Le fou rire des chroniqueurs. Alors qu'elle essayait d'expliquer le déroulement de la soirée en mentionnant un "chauffeur et un producteur présents" et en affirmant qu'ils étaient "très bien encadrés", elle a eu beaucoup de mal à terminer son histoire. Rapidement, Cyril Hanouna est parti dans un fou rire incontrôlable, ce qui a beaucoup amusé les chroniqueurs, pliés de rire également.Cette soirée a été placée sous le signe des règlements de compte. Alors que Sylvie Ortega était venue pour mentionner Loana, elle s'est également pris la tête avec Benjamin Castaldi. "La veille, je dis bien 'la veille', Loana fait une crise d'angoisse. Je lui donne effectivement deux Xanax de 0,25 mg, ce qui équivaut à un Xanax de 0,5 mg", a-t-elle d'abord déclaré. Choqué de ses propos, l'animateur de TF1 a rétorqué : "Vous êtes pharmacienne maintenant ?". Le ton est rapidement monté et pendant plusieurs minutes, tous deux n'ont pas hésité à se tacler. "Votre numéro de victime quand vous insultez les gens... Vous me traitez de fils de p*** sur vos réseaux. Calmez-vous ! Redescendez d'un étage parce que votre numéro n'impressionne personne", a d'abord lancé le chroniqueur. Face à ses accusations, Sylvie Ortaga a répondu : "Je suis une invitée, vous, vous faîtes votre taf. Vous êtes ici, gardez votre place. Vous n'êtes rien du tout. Vous êtes un c*n, c'est tout. Point final. On en parle de vos soirées ? N'oubliez pas que j'ai eu un mari qui s'appelle Ludovic Chancel". Ce à quoi Benjamin Castaldi a souhaité affirmer : "Vous dites n'importe quoi ! Vous êtes une mythomane caractérisée ! Vous n'avez jamais été mariée avec Ludovic Chancel". Une altercation qui s'est achevée grâce à l'intervention de Cyril Hanouna.La dispute de Sylvie Ortega et Eryl Pryer Sur le plateau, Eryl Pryer était également présent. L'occasion pour eux de revenir sur les propos tenus par l'agent de Loana lors de l'émission la veille : "Mon père, il est au paradis et il te pisse au c**! C'est une folle, une s***pe, c'est tout ce que j'ai à dire sur cette gonzesse !", a-t-il déclaré après avoir reproché à Sylvie Ortega d'avoir mentionné son père décédé. Des propos qui sont restés en travers de la gorge de l'amie de Loana, qui a profité de son passage pour se venger. En effet, elle a donc empêché Eryl Prayer de lui présenter ses excuses. Rapidement, le ton est monté et poussé à bout, le chanteur s'est levé avec violence. Afin de les empêcher d'en venir aux mains, Cyril Hanouna et un agent de sécurité ont dû intervenir. Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Cyril Hanouna © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 C'est une affaire qui fait le tour des médias. Depuis quelques mois, Loana est revenue sur le devant de la scène après une descente aux enfers très remarquée. Le 22 février dernier, l'ex star de Loft Story a été hospitalisée après avoir été victime, selon les informations divulguées par Sylvie Ortega, d'une overdose de GHB. Cependant, après un coma de plusieurs heures, la candidate a révélé qu'il s'agit en réalité d'une tentative de meurtre de la part de son amie. Invitée de l'émission Touche pas à mon poste ce mardi 2 mars, Sylvie Ortega a souhaité revenir sur cette histoire et s'expliquer. Elle mentionne d'abord l'histoire des "bijoux volés" et indique qu'il n'y a eu "aucune cassure entre Loana et moi" avant d'affirmer : "Loana sait très bien ce qu'elle fait, elle est très manipulatrice". Elle ajoute également qu'il faut "ouvrir les yeux" et "être lucide". Cependant, elle s'est rapidement perdue dans ses explications. La raison ? Le fou rire des chroniqueurs. Alors qu'elle essayait d'expliquer le déroulement de la soirée en mentionnant un "chauffeur et un producteur présents" et en affirmant qu'ils étaient "très bien encadrés", elle a eu beaucoup de mal à terminer son histoire. Rapidement, Cyril Hanouna est parti dans un fou rire incontrôlable, ce qui a beaucoup amusé les chroniqueurs, pliés de rire également.Cette soirée a été placée sous le signe des règlements de compte. Alors que Sylvie Ortega était venue pour mentionner Loana, elle s'est également pris la tête avec Benjamin Castaldi. "La veille, je dis bien 'la veille', Loana fait une crise d'angoisse. Je lui donne effectivement deux Xanax de 0,25 mg, ce qui équivaut à un Xanax de 0,5 mg", a-t-elle d'abord déclaré. Choqué de ses propos, l'animateur de TF1 a rétorqué : "Vous êtes pharmacienne maintenant ?". Le ton est rapidement monté et pendant plusieurs minutes, tous deux n'ont pas hésité à se tacler. "Votre numéro de victime quand vous insultez les gens... Vous me traitez de fils de p*** sur vos réseaux. Calmez-vous ! Redescendez d'un étage parce que votre numéro n'impressionne personne", a d'abord lancé le chroniqueur. Face à ses accusations, Sylvie Ortaga a répondu : "Je suis une invitée, vous, vous faîtes votre taf. Vous êtes ici, gardez votre place. Vous n'êtes rien du tout. Vous êtes un c*n, c'est tout. Point final. On en parle de vos soirées ? N'oubliez pas que j'ai eu un mari qui s'appelle Ludovic Chancel". Ce à quoi Benjamin Castaldi a souhaité affirmer : "Vous dites n'importe quoi ! Vous êtes une mythomane caractérisée ! Vous n'avez jamais été mariée avec Ludovic Chancel". Une altercation qui s'est achevée grâce à l'intervention de Cyril Hanouna.La dispute de Sylvie Ortega et Eryl Pryer Sur le plateau, Eryl Pryer était également présent. L'occasion pour eux de revenir sur les propos tenus par l'agent de Loana lors de l'émission la veille : "Mon père, il est au paradis et il te pisse au c**! C'est une folle, une s***pe, c'est tout ce que j'ai à dire sur cette gonzesse !", a-t-il déclaré après avoir reproché à Sylvie Ortega d'avoir mentionné son père décédé. Des propos qui sont restés en travers de la gorge de l'amie de Loana, qui a profité de son passage pour se venger. En effet, elle a donc empêché Eryl Prayer de lui présenter ses excuses. Rapidement, le ton est monté et poussé à bout, le chanteur s'est levé avec violence. Afin de les empêcher d'en venir aux mains, Cyril Hanouna et un agent de sécurité ont dû intervenir. Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Cyril Hanouna © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8
03 mars 2021

Carla Moreau rackettée par une voyante : Magali Berdah fait de nouvelles révélations

C'est l'affaire qui secoue plus que jamais le monde de la télé-réalité. Depuis plusieurs jours circulent sur les réseaux sociaux des notes vocales attribuées à Carla Moreau, dans lesquelles la star des Marseillais s'adonne à des rites vaudou et autres actes de qualifiés de "sorcellerie" à l'encontre de ses acolytes de télé-réalité. Une affaire qui choque autant qu'elle étonne, notamment les principaux concernés par les demandes de la jeune femme de 23 ans à sa voyante, à savoir sa meilleure amie Maeva Ghennam ou encore Julien et Manon Tanti. Si la principale intéressée ne s'est pas encore exprimée sur cette affaire, son agent Magali Berdah elle, a fait de nouvelles révélations.Invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste ! ce mardi 2 mars, cette dernière a révélé que Carla Moreau avait déposé, samedi 27 février, une plainte accusant sa voyante de "chantage, atteinte à l'intimité de la vie privée par enregistrement ou captation, abus de faiblesse et escroquerie". La jeune femme rejette donc toute la faute sur la vaudouisante, assurant avoir été contrainte par cette dernière de s'en prendre aux autres membres des Marseillais. "Il y a deux versions", a déclaré Magali Berdah sur le plateau de TPMP : "Soit c'est Carla qui a fait ça sous la menace, soit elle l'a fait volontairement."Maeva Ghennam convaincue par les arguments de son amie ?Directement visée par les actes de "sorcellerie" de Carla Moreau, Maeva Ghennam a pour sa part décidé de s'entretenir directement avec la fiancée de Kevin Guedj, afin de faire la lumière sur cette affaire, et connaître les réelles intentions de la jeune femme. "Je tiens à m'excuser auprès de Carla. Je sais toute la vérité. Je ne peux pas en parler. Tout ce que je peux vous dire c'est que je m'excuse", avait-elle ainsi déclaré sur les réseaux sociaux après une heure passée au téléphone avec son amie. Une heure décisive selon Magali Berdah, durant laquelle Carla Moreau a semé le doute dans son esprit."Carla a eu Maeva pendant une heure au téléphone, et Maeva, qui est très très touchée par cette situation parce que c'est sa meilleure amie, s'est dit 'Mince, j'ai peut-être fait une erreur'", a-t-elle ainsi expliqué, affirmant néanmoins que Maeva Ghennam aurait toujours des doutes, notamment suite à la divulgation de notes audios par le blogueur Marc Blata. "Carla a dit à Maeva 'Oui, c'est moi qui ai fait ces notes audios, mais je les ai faites sous la contrainte", a poursuivi l'agent de la star. Une lumière pas tout à fait faite sur cette affaire... Carla Moreau © Instagram Magali Berdah © C8 Magali Berdah © C8 Carla Moreau et sa fille © Instagram Carla Moreau avec Kevin Guedj et leur fille © Instagram Carla Moreau et sa fille © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Kevin Guedj © Instagram Touche pas à mon poste © C8 C'est l'affaire qui secoue plus que jamais le monde de la télé-réalité. Depuis plusieurs jours circulent sur les réseaux sociaux des notes vocales attribuées à Carla Moreau, dans lesquelles la star des Marseillais s'adonne à des rites vaudou et autres actes de qualifiés de "sorcellerie" à l'encontre de ses acolytes de télé-réalité. Une affaire qui choque autant qu'elle étonne, notamment les principaux concernés par les demandes de la jeune femme de 23 ans à sa voyante, à savoir sa meilleure amie Maeva Ghennam ou encore Julien et Manon Tanti. Si la principale intéressée ne s'est pas encore exprimée sur cette affaire, son agent Magali Berdah elle, a fait de nouvelles révélations.Invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste ! ce mardi 2 mars, cette dernière a révélé que Carla Moreau avait déposé, samedi 27 février, une plainte accusant sa voyante de "chantage, atteinte à l'intimité de la vie privée par enregistrement ou captation, abus de faiblesse et escroquerie". La jeune femme rejette donc toute la faute sur la vaudouisante, assurant avoir été contrainte par cette dernière de s'en prendre aux autres membres des Marseillais. "Il y a deux versions", a déclaré Magali Berdah sur le plateau de TPMP : "Soit c'est Carla qui a fait ça sous la menace, soit elle l'a fait volontairement."Maeva Ghennam convaincue par les arguments de son amie ?Directement visée par les actes de "sorcellerie" de Carla Moreau, Maeva Ghennam a pour sa part décidé de s'entretenir directement avec la fiancée de Kevin Guedj, afin de faire la lumière sur cette affaire, et connaître les réelles intentions de la jeune femme. "Je tiens à m'excuser auprès de Carla. Je sais toute la vérité. Je ne peux pas en parler. Tout ce que je peux vous dire c'est que je m'excuse", avait-elle ainsi déclaré sur les réseaux sociaux après une heure passée au téléphone avec son amie. Une heure décisive selon Magali Berdah, durant laquelle Carla Moreau a semé le doute dans son esprit."Carla a eu Maeva pendant une heure au téléphone, et Maeva, qui est très très touchée par cette situation parce que c'est sa meilleure amie, s'est dit 'Mince, j'ai peut-être fait une erreur'", a-t-elle ainsi expliqué, affirmant néanmoins que Maeva Ghennam aurait toujours des doutes, notamment suite à la divulgation de notes audios par le blogueur Marc Blata. "Carla a dit à Maeva 'Oui, c'est moi qui ai fait ces notes audios, mais je les ai faites sous la contrainte", a poursuivi l'agent de la star. Une lumière pas tout à fait faite sur cette affaire... Carla Moreau © Instagram Magali Berdah © C8 Magali Berdah © C8 Carla Moreau et sa fille © Instagram Carla Moreau avec Kevin Guedj et leur fille © Instagram Carla Moreau et sa fille © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Maeva Ghennam © Instagram Carla Moreau et Kevin Guedj © Instagram Touche pas à mon poste © C8
03 mars 2021

Charlotte Casiraghi prend la pose sous le soleil de Monaco comme nouvelle égérie Chanel (VIDEO)

Début janvier, on apprenait que Charlotte Casiraghi a été choisie pour représenter la nouvelle campagne de Chanel. Dans la foulée, la maison française avait dévoilé quelques clichés du top-model, en train de prendre la pose dans quatre ambiances différentes. Pour cette nouvelle campagne en vue de la collection Printemps-Été 2021, la jeune femme de 34 ans a été photographiée dans la ville princière de Monaco, capturée par les deux photographes Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin.Un mois plus tard, Chanel a présenté sa campagne à travers une vidéo, de nouveau filmée par Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin qui se retrouvent cette fois-ci derrière la caméra. Charlotte Casiraghi est vêtue des vêtements de la dernière collection de la maison française, dans laquelle on s'imagine déjà. La mère de famille se promène dans les hauteurs de Monaco, sous les notes du titre "Each Time You Fall In Love" de Cigarettes After Sex.Charlotte Casiraghi, envoûtante sous la lune pour ChanelDans ce court-métrage d'une minute partagé en l'honneur du premier jour de la Fashion Week de Paris, Charlotte Casiraghi prend la pose, tantôt en tailleur en tweed immaculé, tantôt en robe marinière rouge et blanche, en robe à volants ou encore en ensemble à sequins noirs. La fille de Caroline de Monaco et petite-fille de Grace Kelly déambule dans l'ancienne résidence de Karl Lagerfeld, danse sous les reflets de la lune ou encore bronze allongée au bord d'une piscine. De quoi nous donner nous aussi envie de danser et de se laisser aller sous le firmament. Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Début janvier, on apprenait que Charlotte Casiraghi a été choisie pour représenter la nouvelle campagne de Chanel. Dans la foulée, la maison française avait dévoilé quelques clichés du top-model, en train de prendre la pose dans quatre ambiances différentes. Pour cette nouvelle campagne en vue de la collection Printemps-Été 2021, la jeune femme de 34 ans a été photographiée dans la ville princière de Monaco, capturée par les deux photographes Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin.Un mois plus tard, Chanel a présenté sa campagne à travers une vidéo, de nouveau filmée par Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin qui se retrouvent cette fois-ci derrière la caméra. Charlotte Casiraghi est vêtue des vêtements de la dernière collection de la maison française, dans laquelle on s'imagine déjà. La mère de famille se promène dans les hauteurs de Monaco, sous les notes du titre "Each Time You Fall In Love" de Cigarettes After Sex.Charlotte Casiraghi, envoûtante sous la lune pour ChanelDans ce court-métrage d'une minute partagé en l'honneur du premier jour de la Fashion Week de Paris, Charlotte Casiraghi prend la pose, tantôt en tailleur en tweed immaculé, tantôt en robe marinière rouge et blanche, en robe à volants ou encore en ensemble à sequins noirs. La fille de Caroline de Monaco et petite-fille de Grace Kelly déambule dans l'ancienne résidence de Karl Lagerfeld, danse sous les reflets de la lune ou encore bronze allongée au bord d'une piscine. De quoi nous donner nous aussi envie de danser et de se laisser aller sous le firmament. Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Chanel via Bestimage Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube Charlotte Casiraghi © Capture d'écran YouTube
03 mars 2021

Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ?

Daniel Auteuil a connu plusieurs femmes dans sa vie mais son histoire d'amour avec Emmanuelle Béart reste l'une des plus importantes de sa vie. C'est en 1984 qu'il fait la rencontre de l'actrice sur le tournage du film L'Amour en douce. Entre eux, c'est le coup de foudre et le début d'une très belle histoire d'amour qui dure onze ans, jusqu'en 1995. Ensemble, Emmanuelle Béart et Daniel Auteuil, qui ne se sont mariés qu'en 1993, ont eu une fille, Nelly, née en novembre 1992.La jeune femme a tenté sa chance dans le cinéma. En 2003, elle apparaît dans le film Petites coupures, au côté de son père. Cette expérience sera toutefois sa seule au cinéma. En 2015, dans les colonnes du magazine Elle, Nelly Auteuil se confiait sur le métier de ses illustres parents : "J'ai appris très jeune à ne pas me sentir embarrassée quant à leur métier. J'adore le milieu du cinéma, ça m'éblouit... Mais je trouve ça terrorisant aussi". Assez discrète, la jeune femme apparaît à de très rares occasions aux côtés de ses parents sur des tapis rouges.Emmanuelle Béart : la belle-mère de sa fille est Agnès BuzynEn août 2018, Nelly Auteuil a épousé Lucas Veil. Ce dernier n'est autre que le fils de l'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et de l'avocat Pierre-François Veil, fils de Simone Veil. Ce mariage a d'ailleurs posé quelques dilemmes chez Emmanuelle Béart. Ouvertement de gauche, l'actrice, qui vit à Paris, a-t-elle voté pour Anne Hidalgo, candidate socialiste lors des dernières élections municipales, ou pour Agnès Buzyn, la belle-mère de sa fille et candidate de La République En Marche ? Elle a refusé de répondre à cette question posée par nos confrères de Libération. Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © Rachid Bellak Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © DOMINIQUE JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © DOMINIQUE JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © Agence Daniel Auteuil a connu plusieurs femmes dans sa vie mais son histoire d'amour avec Emmanuelle Béart reste l'une des plus importantes de sa vie. C'est en 1984 qu'il fait la rencontre de l'actrice sur le tournage du film L'Amour en douce. Entre eux, c'est le coup de foudre et le début d'une très belle histoire d'amour qui dure onze ans, jusqu'en 1995. Ensemble, Emmanuelle Béart et Daniel Auteuil, qui ne se sont mariés qu'en 1993, ont eu une fille, Nelly, née en novembre 1992.La jeune femme a tenté sa chance dans le cinéma. En 2003, elle apparaît dans le film Petites coupures, au côté de son père. Cette expérience sera toutefois sa seule au cinéma. En 2015, dans les colonnes du magazine Elle, Nelly Auteuil se confiait sur le métier de ses illustres parents : "J'ai appris très jeune à ne pas me sentir embarrassée quant à leur métier. J'adore le milieu du cinéma, ça m'éblouit... Mais je trouve ça terrorisant aussi". Assez discrète, la jeune femme apparaît à de très rares occasions aux côtés de ses parents sur des tapis rouges.Emmanuelle Béart : la belle-mère de sa fille est Agnès BuzynEn août 2018, Nelly Auteuil a épousé Lucas Veil. Ce dernier n'est autre que le fils de l'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et de l'avocat Pierre-François Veil, fils de Simone Veil. Ce mariage a d'ailleurs posé quelques dilemmes chez Emmanuelle Béart. Ouvertement de gauche, l'actrice, qui vit à Paris, a-t-elle voté pour Anne Hidalgo, candidate socialiste lors des dernières élections municipales, ou pour Agnès Buzyn, la belle-mère de sa fille et candidate de La République En Marche ? Elle a refusé de répondre à cette question posée par nos confrères de Libération. Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © Rachid Bellak Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © DOMINIQUE JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © DOMINIQUE JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © COADIC GUIREC Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © BORDE-JACOVIDES Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart : qui est leur fille, Nelly ? © Agence
03 mars 2021

Nicolas Sarkozy candidat en 2022 : l'ancien Président apporte une nouvelle réponse ferme

Ce ne sera pas lui. A un peu plus d'un an de la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a de nouveau doucher les espoirs de ses partisans. Non, l'ancien président de la République ne compte pas se présenter en 2022. "J'avais dit que je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle, je le maintiens", a-t-il assuré dans les colonnes du Figaro, ce mercredi 3 mars. L'époux de Carla Bruni s'est ensuite adressé à celles et ceux qui espéraient sa candidature. "Je suis très touché de leur confiance, de leur amitié, de leur affection. Je suis toujours membre de ma famille politique. Je ne l'abandonnerai pas", a-t-il ajouté. S'il a bel et bien "tourné la page de la politique active", Nicolas Sarkozy ne compte pas pour autant n'y avoir plus aucune place et promet de dire ce qu'il "pense au moment des échéances électorales, l'année prochaine"."Je suis trop attaché à la France pour être indifférent à ce qu'il s'y passe et à la gravité de la situation", a ajouté Nicolas Sarkozy. Dans les colonnes de nos confrères, l'ex-chef de l'Etat a assuré que cette décision n'avait rien à voir avec sa condamnation dans l'affaire des écoutes à trois ans de prison, dont un avec sursis. "Mais pour moi relaxe ou pas, cela n'a rien changé politiquement, continue celui qui a fait appel de la décision. Quand j'ai dit que j'avais tourné la page, ce n'était pas en fonction de la décision de justice que j'attendais, ou parce qu'une injustice de plus aurait été commises à mon endroit !" S'il a décidé de prendre sa retraite, c'est après une "réflexion plus personne qui [l]e concerne, qui concerne [s]a famille" : "Je ne serais pas revenu dessus si j'avais eu, lundi (1er mars), la relaxe à laquelle j'avais droit droit".Nicolas Sarkozy se dit victime d'une "injustice"S'il ne sera donc pas le candidat de la droite en 2022, Nicolas Sarkozy compte tout de même "faire [s]on devoir en disant ce [qu'il] pense" car "les enjeux sont trop importants pour se faire". "Le moment viendra", a conclu l'ancien président de la République auprès du Figaro. Dans cet entretien, Nicolas Sarkozy a réagi à sa condamnation et se dit victime d'une "injustice profonde" : "J'ai ressenti l'injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre moi depuis dix ans. J'ai aussi conservé ma détermination pour que triomphent le droit et la justice, comme cela devrait se produire dans un État de droit. À chaque fois que ces règles sont bafouées, comme c'est le cas dans cette affaire, mon indignation et ma détermination sont décuplées". Nicolas Sarkozy affirme également avoir reçu "très nombreux témoignages de soutien d'observateurs français et étrangers qui se disent effarés par ce qui est en train de se passer". Nicolas Sarkozy © JB Autissier Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis Nicolas Sarkozy © AGENCE Nicolas Sarkozy © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy © ITAR TASS Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Marc de Tienda Nicolas Sarkozy © Stéphanie Gouiran Ce ne sera pas lui. A un peu plus d'un an de la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a de nouveau doucher les espoirs de ses partisans. Non, l'ancien président de la République ne compte pas se présenter en 2022. "J'avais dit que je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle, je le maintiens", a-t-il assuré dans les colonnes du Figaro, ce mercredi 3 mars. L'époux de Carla Bruni s'est ensuite adressé à celles et ceux qui espéraient sa candidature. "Je suis très touché de leur confiance, de leur amitié, de leur affection. Je suis toujours membre de ma famille politique. Je ne l'abandonnerai pas", a-t-il ajouté. S'il a bel et bien "tourné la page de la politique active", Nicolas Sarkozy ne compte pas pour autant n'y avoir plus aucune place et promet de dire ce qu'il "pense au moment des échéances électorales, l'année prochaine"."Je suis trop attaché à la France pour être indifférent à ce qu'il s'y passe et à la gravité de la situation", a ajouté Nicolas Sarkozy. Dans les colonnes de nos confrères, l'ex-chef de l'Etat a assuré que cette décision n'avait rien à voir avec sa condamnation dans l'affaire des écoutes à trois ans de prison, dont un avec sursis. "Mais pour moi relaxe ou pas, cela n'a rien changé politiquement, continue celui qui a fait appel de la décision. Quand j'ai dit que j'avais tourné la page, ce n'était pas en fonction de la décision de justice que j'attendais, ou parce qu'une injustice de plus aurait été commises à mon endroit !" S'il a décidé de prendre sa retraite, c'est après une "réflexion plus personne qui [l]e concerne, qui concerne [s]a famille" : "Je ne serais pas revenu dessus si j'avais eu, lundi (1er mars), la relaxe à laquelle j'avais droit droit".Nicolas Sarkozy se dit victime d'une "injustice"S'il ne sera donc pas le candidat de la droite en 2022, Nicolas Sarkozy compte tout de même "faire [s]on devoir en disant ce [qu'il] pense" car "les enjeux sont trop importants pour se faire". "Le moment viendra", a conclu l'ancien président de la République auprès du Figaro. Dans cet entretien, Nicolas Sarkozy a réagi à sa condamnation et se dit victime d'une "injustice profonde" : "J'ai ressenti l'injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre moi depuis dix ans. J'ai aussi conservé ma détermination pour que triomphent le droit et la justice, comme cela devrait se produire dans un État de droit. À chaque fois que ces règles sont bafouées, comme c'est le cas dans cette affaire, mon indignation et ma détermination sont décuplées". Nicolas Sarkozy affirme également avoir reçu "très nombreux témoignages de soutien d'observateurs français et étrangers qui se disent effarés par ce qui est en train de se passer". Nicolas Sarkozy © JB Autissier Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis Nicolas Sarkozy © Christophe Clovis Nicolas Sarkozy © AGENCE Nicolas Sarkozy © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy © ITAR TASS Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Bruno Bebert Nicolas Sarkozy © Marc de Tienda Nicolas Sarkozy © Stéphanie Gouiran
03 mars 2021

Kate Middleton : révélation sur son impressionnant héritage

Roturière, mais riche héritière. En 2011, Kate Middleton faisait son entrée dans la famille royale britannique après son mariage avec le prince William, devenant ainsi l'un des membres seniors, mais aussi, la future reine consort du royaume. Une percée au coeur de l'une des maisons royales les plus influentes du monde, qui a été à la fois saluée et critiquée, faisant naître à propos de la duchesse de Cambridge les plus folles rumeurs, comme celle selon laquelle sa mère Carole se serait arrangée pour qu'elle épouse un jour l'héritier de la couronne britannique. Une manœuvre sûrement pas destinée à faire main basse sur la fortune des Windsor, quand on voit son héritage impressionnant.En effet comme le révélait le Times le 1er mars dernier, cité par The Mirror, il se trouve que la famille de la duchesse dispose d'un héritage colossale, engendré par Richard Noel Middleton, l'arrière grand-père paternel de Kate Middleton, qui a mis en place un trust estimé à "un montant de sept chiffres" pour sa descendance. Un fond créé à partir de la fortune générée par sa profession d'avocat, comme le souligne le quotidien, auquel s'ajoute désormais la fortune de Carole et Michael Middleton. Fondateurs de Party Pieces, leur entreprise d'articles de fête, les parents de la duchesse de Cambridge ont réussi à faire des bénéfices au point que désormais leur affaire est estimée à 5,3 millions de livres Sterling, soit plus de 6 millions d'euros. De quoi assurer une bonne sécurité à leurs trois enfants.Kate Middleton poursuit ses engagements en confinementPour le moment, Kate Middleton ne semble pas préoccupée par cet héritage colossale, tandis qu'elle poursuit en plein confinement ses engagements officiels. Obligée de revoir son organisation à cause de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la duchesse de Cambridge effectue désormais ses engagements par vidéo-conférences, notamment en compagnie du prince William. Comme le 27 février dernier, lorsqu'ils ont échangé avec des personnes qui se sont faites vacciner au Royaume-Uni, en mettant par ailleurs en garde contre la désinformation qui circule à propos du virus sur les réseaux sociaux. Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid USA Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid USA Kate Middleton © Agence Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Roturière, mais riche héritière. En 2011, Kate Middleton faisait son entrée dans la famille royale britannique après son mariage avec le prince William, devenant ainsi l'un des membres seniors, mais aussi, la future reine consort du royaume. Une percée au coeur de l'une des maisons royales les plus influentes du monde, qui a été à la fois saluée et critiquée, faisant naître à propos de la duchesse de Cambridge les plus folles rumeurs, comme celle selon laquelle sa mère Carole se serait arrangée pour qu'elle épouse un jour l'héritier de la couronne britannique. Une manœuvre sûrement pas destinée à faire main basse sur la fortune des Windsor, quand on voit son héritage impressionnant.En effet comme le révélait le Times le 1er mars dernier, cité par The Mirror, il se trouve que la famille de la duchesse dispose d'un héritage colossale, engendré par Richard Noel Middleton, l'arrière grand-père paternel de Kate Middleton, qui a mis en place un trust estimé à "un montant de sept chiffres" pour sa descendance. Un fond créé à partir de la fortune générée par sa profession d'avocat, comme le souligne le quotidien, auquel s'ajoute désormais la fortune de Carole et Michael Middleton. Fondateurs de Party Pieces, leur entreprise d'articles de fête, les parents de la duchesse de Cambridge ont réussi à faire des bénéfices au point que désormais leur affaire est estimée à 5,3 millions de livres Sterling, soit plus de 6 millions d'euros. De quoi assurer une bonne sécurité à leurs trois enfants.Kate Middleton poursuit ses engagements en confinementPour le moment, Kate Middleton ne semble pas préoccupée par cet héritage colossale, tandis qu'elle poursuit en plein confinement ses engagements officiels. Obligée de revoir son organisation à cause de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la duchesse de Cambridge effectue désormais ses engagements par vidéo-conférences, notamment en compagnie du prince William. Comme le 27 février dernier, lorsqu'ils ont échangé avec des personnes qui se sont faites vacciner au Royaume-Uni, en mettant par ailleurs en garde contre la désinformation qui circule à propos du virus sur les réseaux sociaux. Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © EXPRESS SYNDICATION Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid USA Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © AGENCE Kate Middleton © Backgrid USA Kate Middleton © Agence Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK Kate Middleton © Backgrid UK
03 mars 2021

"Je n'ai pas la sensation d'être instable" : la voix tremblante, Coline Berry répond à ses détracteurs

C'est en janvier dernier que Coline Berry a porté plainte contre son père pour viols et agression sexuelle sur mineur par ascendant et corruption de mineurs. "Le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années (...) je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça" a avoué la fille de l'acteur au micro d'Europe 1.Une plainte qui avait eu l'effet d'une bombe, Richard Berry qui évoquait des "accusations immondes" s'était immédiatement défendu. "On a eu des échanges" avait confié sa fille à France Info. "Soit il minimise [les faits], en les considérant comme anecdotiques. Soit il considère que c'est de la faute de Jeane Manson, dont il aurait subi la liberté sexuelle. Ou alors je suis traitée de folle".Coline Berry refuse d'être qualifiée d'instableMais Coline Berry refuse de passer pour folle. "C'est une agression, c'est essayer de me dénigrer, de me faire taire. On me dit instable mais ça pourrait être aussi une autre qualification. Je n'ai pas du tout la sensation d'être instable" a-t-elle assuré sur Europe 1 avant de poursuivre "c'est compliqué pour n'importe quelle personne coupable d'avouer, donc c'est d'abord le déni puis c'est discréditer la personne qui vous accuse".L'avocate de Coline Berry, également présente en studio, a d'ailleurs tenu à préciser : "on n'est pas dans un débat parole contre parole, nous on a un dossier, on a huit heures d'audition devant la brigade des mineurs, c'est pas rien, donc on a plus qu'une simple parole". Coline Berry assure avoir tendu la main à son père des dizaines de fois dans le privé "si j'en suis là, c'est que je n'attendais plus rien de lui (...) j'espère par ce biais d'une enquête arriver à un moment à une forme de paix".La jeune femme avoue d'ailleurs être "prête à pardonner" à son père. "D'ailleurs il m'a demandé pardon. Là, il nie les faits en bloc, mais ça n'est pas la réalité. Il a du mal à assumer" a-t-elle confié. Richard et Coline Berry © Instagram Richard Berry et sa femme Pascale Louange © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Richard Berry © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Richard Berry © VEEREN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Giancarlo Gorassini Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Richard Berry © LIONEL URMAN Richard Berry © LIONEL URMAN Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Europe 1 C'est en janvier dernier que Coline Berry a porté plainte contre son père pour viols et agression sexuelle sur mineur par ascendant et corruption de mineurs. "Le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années (...) je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça" a avoué la fille de l'acteur au micro d'Europe 1.Une plainte qui avait eu l'effet d'une bombe, Richard Berry qui évoquait des "accusations immondes" s'était immédiatement défendu. "On a eu des échanges" avait confié sa fille à France Info. "Soit il minimise [les faits], en les considérant comme anecdotiques. Soit il considère que c'est de la faute de Jeane Manson, dont il aurait subi la liberté sexuelle. Ou alors je suis traitée de folle".Coline Berry refuse d'être qualifiée d'instableMais Coline Berry refuse de passer pour folle. "C'est une agression, c'est essayer de me dénigrer, de me faire taire. On me dit instable mais ça pourrait être aussi une autre qualification. Je n'ai pas du tout la sensation d'être instable" a-t-elle assuré sur Europe 1 avant de poursuivre "c'est compliqué pour n'importe quelle personne coupable d'avouer, donc c'est d'abord le déni puis c'est discréditer la personne qui vous accuse".L'avocate de Coline Berry, également présente en studio, a d'ailleurs tenu à préciser : "on n'est pas dans un débat parole contre parole, nous on a un dossier, on a huit heures d'audition devant la brigade des mineurs, c'est pas rien, donc on a plus qu'une simple parole". Coline Berry assure avoir tendu la main à son père des dizaines de fois dans le privé "si j'en suis là, c'est que je n'attendais plus rien de lui (...) j'espère par ce biais d'une enquête arriver à un moment à une forme de paix".La jeune femme avoue d'ailleurs être "prête à pardonner" à son père. "D'ailleurs il m'a demandé pardon. Là, il nie les faits en bloc, mais ça n'est pas la réalité. Il a du mal à assumer" a-t-elle confié. Richard et Coline Berry © Instagram Richard Berry et sa femme Pascale Louange © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Richard Berry © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Richard Berry © VEEREN Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Giancarlo Gorassini Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Richard Berry © LIONEL URMAN Richard Berry © LIONEL URMAN Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Europe 1
03 mars 2021

Nicolas Sarkozy condamné à de la prison ferme : Emmanuel Macron juge cette peine “d'une sévérité sans égale”

Il fait appel de la décision de justice. Ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont un an ferme, par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire des "écoutes". "J'ai fait appel de la décision, peut-être faudra-t-il que ce combat s'achève devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), a prévenu l'ancien chef de l'Etat. Ce serait pour moi une souffrance que d'avoir à faire condamner mon propre pays, mais j'y suis prêt car ce serait le prix de la démocratie." Depuis que le verdict a été rendu, plusieurs membres du gouvernement ont réagi. Notamment Gérald Darmanin, un proche de Nicolas Sarkozy. "Je ne commente par définition jamais des décisions de justice, mais chacun sait l'affection, le respect que j'ai pour Nicolas Sarkozy, qui a été un grand président de la République, qui en ces temps difficiles a évidemment mon soutien, mon soutien amical", a confié le ministre de l'Intérieur.Sur les ondes de France Inter, Eric Dupond-Morreti a refusé de se prononcer. "Je ne peux pas répondre à tout ce qui concerne une affaire en cours et je ne le ferai pas, ce n'est pas que je suis lobotomisé depuis que je suis ministre mais je ne peux pas et je m'en tiendrai à cette règle stricte", a fait savoir le ministre de la Justice. Et si Emmanuel Macron n'a pas publiquement pris la parole, son entourage l'a fait pour lui. Dans les colonnes du Canard Enchaîné, l'un des proches du président de la République a expliqué qu'il ne "s'exprimera pas sur le sujet" tout en ajoutant qu'il "a trouvé que la peine infligée à Nicolas Sarkozy était d'une sévérité sans égale". Dans les colonnes du Figaro, celui qui s'est fait vacciner en janvier dernier a affirmé avoir "ressenti l'injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre [lui] depuis dix ans".Nicolas Sarkozy a fait appel de la décision"J'ai aussi conservé ma détermination pour que triomphent le droit et la justice, comme cela devrait se produire dans un État de droit. À chaque fois que ces règles sont bafouées, comme c'est le cas dans cette affaire, mon indignation et ma détermination sont décuplées", a ajouté Nicolas Sarkozy dans les colonnes de nos confrères, qui a reçu "très nombreux témoignages de soutien d'observateurs français et étrangers qui se disent effarés par ce qui est en train de se passer" après sa condamnation. Puisqu'il a fait appel, l'ex-chef d'Etat n'est pas (encore ?) condamné. Si la décision de justice est confirmée en appel, il échappera également à la prison ferme puisque les peines comprises entre six mois et un an peuvent être aménagées, sous la forme de la pose d'un bracelet électronique notamment. Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © DOMINIQUE JACOVIDES Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Patrick Aventurier Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Julien Reynaud Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Stephane Lemouton Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Stephane Lemouton Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Agence Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © LIONEL URMAN Emmanuel Macron © Romain Gaillard Emmanuel Macron © Benoit Tessier Nicolas Sarkozy © ALAIN ROLLAND Nicolas Sarkozy © Agence Il fait appel de la décision de justice. Ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont un an ferme, par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire des "écoutes". "J'ai fait appel de la décision, peut-être faudra-t-il que ce combat s'achève devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), a prévenu l'ancien chef de l'Etat. Ce serait pour moi une souffrance que d'avoir à faire condamner mon propre pays, mais j'y suis prêt car ce serait le prix de la démocratie." Depuis que le verdict a été rendu, plusieurs membres du gouvernement ont réagi. Notamment Gérald Darmanin, un proche de Nicolas Sarkozy. "Je ne commente par définition jamais des décisions de justice, mais chacun sait l'affection, le respect que j'ai pour Nicolas Sarkozy, qui a été un grand président de la République, qui en ces temps difficiles a évidemment mon soutien, mon soutien amical", a confié le ministre de l'Intérieur.Sur les ondes de France Inter, Eric Dupond-Morreti a refusé de se prononcer. "Je ne peux pas répondre à tout ce qui concerne une affaire en cours et je ne le ferai pas, ce n'est pas que je suis lobotomisé depuis que je suis ministre mais je ne peux pas et je m'en tiendrai à cette règle stricte", a fait savoir le ministre de la Justice. Et si Emmanuel Macron n'a pas publiquement pris la parole, son entourage l'a fait pour lui. Dans les colonnes du Canard Enchaîné, l'un des proches du président de la République a expliqué qu'il ne "s'exprimera pas sur le sujet" tout en ajoutant qu'il "a trouvé que la peine infligée à Nicolas Sarkozy était d'une sévérité sans égale". Dans les colonnes du Figaro, celui qui s'est fait vacciner en janvier dernier a affirmé avoir "ressenti l'injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre [lui] depuis dix ans".Nicolas Sarkozy a fait appel de la décision"J'ai aussi conservé ma détermination pour que triomphent le droit et la justice, comme cela devrait se produire dans un État de droit. À chaque fois que ces règles sont bafouées, comme c'est le cas dans cette affaire, mon indignation et ma détermination sont décuplées", a ajouté Nicolas Sarkozy dans les colonnes de nos confrères, qui a reçu "très nombreux témoignages de soutien d'observateurs français et étrangers qui se disent effarés par ce qui est en train de se passer" après sa condamnation. Puisqu'il a fait appel, l'ex-chef d'Etat n'est pas (encore ?) condamné. Si la décision de justice est confirmée en appel, il échappera également à la prison ferme puisque les peines comprises entre six mois et un an peuvent être aménagées, sous la forme de la pose d'un bracelet électronique notamment. Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © DOMINIQUE JACOVIDES Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Romain Gaillard Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Patrick Aventurier Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Julien Reynaud Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Stephane Lemouton Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Stephane Lemouton Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © Agence Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron © LIONEL URMAN Emmanuel Macron © Romain Gaillard Emmanuel Macron © Benoit Tessier Nicolas Sarkozy © ALAIN ROLLAND Nicolas Sarkozy © Agence
03 mars 2021

Anny Duperey : cette violente phrase de Bernard Giraudeau qui l'avait convaincue d'avoir un enfant

Pendant près de vingt ans, Anny Duperey a partagé la vie de Bernard Giraudeau. Ensemble, la comédienne, à l'affiche de la série La Faute à Rousseau sur France 2, et l'acteur, décédé en 2010, ont eu deux enfants : Gaël né en 1982 et Sara née en 1985. Pourtant, Anny Duperey n'a pas toujours voulu avoir des enfants. En 2011, dans les colonnes de nos confrères de Paris Match, elle racontait comment Bernard Giraudeau l'avait poussée à changer d'avis sur la maternité."J'ai eu beaucoup de mal moi-même à faire des enfants. Je ne ­remercierai jamais assez Bernard d'avoir insisté pour cela. Je me sentais comme un maillon qu'on avait détaché d'une chaîne, et l'idée de renouer une chaîne me terrifiait, car cela ­voulait dire renouer à nouveau avec le danger de perdre des êtres chers. ­Bernard a eu ce mot extra : 'Le refus d'enfants à ce point, c'est une forme de suicide." Je me suis dit qu'il avait raison. La phrase a travaillé toute seule dans ma tête et, six mois plus tard, j'étais ­enceinte de Gaël", expliquait-elle.Anny Duperey, grand-mère épanouie : "Ce qui est dommage, c'est que Bernard ne soit plus là pour connaître cela"Trois ans plus tard, en 1985, Anny Duperey donnait naissance à Sara, comédienne vue notamment dans Le Bureau des légendes, car elle ne voulait "pas d'un enfant seul". La comédienne est désormais grand-mère et s'en réjouit. "L'arrivée de ma petite-fille constitue le troisième maillon de cette nouvelle chaîne. Elle rend encore plus tangible le fait que j'ai eu des enfants, qu'il y a une lignée qui repart. Je me sens maintenant comme au début d'un âge d'or de ­famille, à l'aube d'une période très riche. Cela console énormément de ce qui a pu se produire avant. Ce qui est dommage, c'est que Bernard ne soit plus là pour connaître cela", regrettait-elle toutefois. Bernard Giraudeau est mort en 2010 des suites d'un cancer qu'il combattait depuis dix ans. Anny Duperey et Bernard Giraudeau © ANGELI-RINDOFF Anny Duperey et Bernard Giraudeau © BERTRAND RINDOFF PETROFF Anny Duperey et Bernard Giraudeau © RINDOFF-PATERSON Anny Duperey et Bernard Giraudeau © DOMINIQUE JACOVIDES Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © RINDOFF-CASTEL Anny Duperey et Bernard Giraudeau © OLIVIER BORDE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © BERTRAND RINDOFF PETROFF Anny Duperey et son fils Gaël © COADIC GUIREC Sara Giraudeau © Patrick Carpentier Pendant près de vingt ans, Anny Duperey a partagé la vie de Bernard Giraudeau. Ensemble, la comédienne, à l'affiche de la série La Faute à Rousseau sur France 2, et l'acteur, décédé en 2010, ont eu deux enfants : Gaël né en 1982 et Sara née en 1985. Pourtant, Anny Duperey n'a pas toujours voulu avoir des enfants. En 2011, dans les colonnes de nos confrères de Paris Match, elle racontait comment Bernard Giraudeau l'avait poussée à changer d'avis sur la maternité."J'ai eu beaucoup de mal moi-même à faire des enfants. Je ne ­remercierai jamais assez Bernard d'avoir insisté pour cela. Je me sentais comme un maillon qu'on avait détaché d'une chaîne, et l'idée de renouer une chaîne me terrifiait, car cela ­voulait dire renouer à nouveau avec le danger de perdre des êtres chers. ­Bernard a eu ce mot extra : 'Le refus d'enfants à ce point, c'est une forme de suicide." Je me suis dit qu'il avait raison. La phrase a travaillé toute seule dans ma tête et, six mois plus tard, j'étais ­enceinte de Gaël", expliquait-elle.Anny Duperey, grand-mère épanouie : "Ce qui est dommage, c'est que Bernard ne soit plus là pour connaître cela"Trois ans plus tard, en 1985, Anny Duperey donnait naissance à Sara, comédienne vue notamment dans Le Bureau des légendes, car elle ne voulait "pas d'un enfant seul". La comédienne est désormais grand-mère et s'en réjouit. "L'arrivée de ma petite-fille constitue le troisième maillon de cette nouvelle chaîne. Elle rend encore plus tangible le fait que j'ai eu des enfants, qu'il y a une lignée qui repart. Je me sens maintenant comme au début d'un âge d'or de ­famille, à l'aube d'une période très riche. Cela console énormément de ce qui a pu se produire avant. Ce qui est dommage, c'est que Bernard ne soit plus là pour connaître cela", regrettait-elle toutefois. Bernard Giraudeau est mort en 2010 des suites d'un cancer qu'il combattait depuis dix ans. Anny Duperey et Bernard Giraudeau © ANGELI-RINDOFF Anny Duperey et Bernard Giraudeau © BERTRAND RINDOFF PETROFF Anny Duperey et Bernard Giraudeau © RINDOFF-PATERSON Anny Duperey et Bernard Giraudeau © DOMINIQUE JACOVIDES Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © RINDOFF-CASTEL Anny Duperey et Bernard Giraudeau © OLIVIER BORDE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © AGENCE Anny Duperey et Bernard Giraudeau © BERTRAND RINDOFF PETROFF Anny Duperey et son fils Gaël © COADIC GUIREC Sara Giraudeau © Patrick Carpentier
03 mars 2021

Richard Berry accusé d'inceste : sa fille Coline s'adresse à lui en direct à la radio

Coline Berry a une nouvelle fois pris la parole. Mercredi 3 mars 2021, alors qu'elle était invitée sur Europe 1 avec son avocate Me Karine Shebabo, la fille de Richard Berry est en effet revenue sur l'affaire d'inceste dont elle est à l'origine. En direct, elle a expliqué pourquoi elle avait mis tant années à exposer les faits publiquement. "Ce n'est pas une attente... A un moment donné il n'y a plus d'autres solutions. C'est difficile de libérer sa parole. C'est la peur de mon père, de briser la famille. Ce sont des prises de conscience qui grandissent au fur et à mesure. C'est le continium d'une souffrance qui ne fait que s'additionner avec les années" a-t-elle confié.Puis, la comédienne a fait part de son agacement à ceux qui la disent instable. "C'est une agression. Je précise que les faits (...) ont commencé avant mes 8 ans et se sont perpétrés après. Instable c'est une façon de me dénigrer, de me faire taire". a-t-elle déclaré. Pour sa première interview en direct sur Europe 1, Coline Berry a ensuite adressé un message à son père, Richard Berry. "Je lui dirai que si je suis là c'est que je n'attendais plus rien de lui. J'ai compris qu'il n'était pas capable de répondre à ma demande de reconnaissance des faits (...) C'est dans un paradoxe d'amour et de souffrance. C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on fait des choses monstrueuses qu'on est un monstre. Moi, la main je lui ai tendue des dizaines et des dizaines de fois dans le privé. J'espère que par ce biais du tiers, de l'enquête, de l'autorité, arriver à une paix." a-t-elle clamé.Richard Berry accus" d'inceste : sa fille Coline prête à pardonnerColine Berry est même prête à pardonner. "Je lui ai toujours dit que j'étais prête à pardonner. D'ailleurs, il m'a demandé pardon. Il nie les faits en bloc mais ce n'est pas la réalité. Ce qu'il a du mal à assumer c'est sa responsabilité." a-t-elle conclu. Coline Berry © Instagram Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Coline Berry avec Marilou Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry et son père © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram L'avocate de Coline Berry © Capture Europe 1 Coline Berry © Capture Europe 1 Coline Berry a une nouvelle fois pris la parole. Mercredi 3 mars 2021, alors qu'elle était invitée sur Europe 1 avec son avocate Me Karine Shebabo, la fille de Richard Berry est en effet revenue sur l'affaire d'inceste dont elle est à l'origine. En direct, elle a expliqué pourquoi elle avait mis tant années à exposer les faits publiquement. "Ce n'est pas une attente... A un moment donné il n'y a plus d'autres solutions. C'est difficile de libérer sa parole. C'est la peur de mon père, de briser la famille. Ce sont des prises de conscience qui grandissent au fur et à mesure. C'est le continium d'une souffrance qui ne fait que s'additionner avec les années" a-t-elle confié.Puis, la comédienne a fait part de son agacement à ceux qui la disent instable. "C'est une agression. Je précise que les faits (...) ont commencé avant mes 8 ans et se sont perpétrés après. Instable c'est une façon de me dénigrer, de me faire taire". a-t-elle déclaré. Pour sa première interview en direct sur Europe 1, Coline Berry a ensuite adressé un message à son père, Richard Berry. "Je lui dirai que si je suis là c'est que je n'attendais plus rien de lui. J'ai compris qu'il n'était pas capable de répondre à ma demande de reconnaissance des faits (...) C'est dans un paradoxe d'amour et de souffrance. C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on fait des choses monstrueuses qu'on est un monstre. Moi, la main je lui ai tendue des dizaines et des dizaines de fois dans le privé. J'espère que par ce biais du tiers, de l'enquête, de l'autorité, arriver à une paix." a-t-elle clamé.Richard Berry accus" d'inceste : sa fille Coline prête à pardonnerColine Berry est même prête à pardonner. "Je lui ai toujours dit que j'étais prête à pardonner. D'ailleurs, il m'a demandé pardon. Il nie les faits en bloc mais ce n'est pas la réalité. Ce qu'il a du mal à assumer c'est sa responsabilité." a-t-elle conclu. Coline Berry © Instagram Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © VEEREN Coline Berry avec Marilou Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry et son père © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram L'avocate de Coline Berry © Capture Europe 1 Coline Berry © Capture Europe 1
03 mars 2021

Nathalie Marquay : l'ancienne Miss France révèle avoir été harcelée par un homme politique

Ce mardi 2 mars, Benjamin Castaldi était aux commandes d'un nouveau numéro de son émission 6 à 7 avec Casta, émission qui vient tout juste d'être lancée sur C8. Parmi ses invités, le présentateur recevait notamment Nathalie Marquay. Cette dernière en a profité pour faire des confidences sur son année de règne, après avoir été couronnée Miss France 1987. À l'époque, elle avait 19 ans.En toute transparence, Nathalie Marquay a confié avoir été victime de "harcèlement" pendant ses jeunes années. "Le pire, c'est que j'ai eu un homme politique qui était derrière moi", a-t-elle commencé. Sur sa lancée, l'épouse de Jean-Pierre Pernaut a refusé de donner l'identité de l'homme politique en question. Elle n'a donné que quelques indices : il s'agit d'un homme politique, de droite, toujours marié, toujours vivant. "Je ne veux pas détruire sa famille. Surtout qu'il ne s'est jamais rien passé alors qu'il m'a pratiquement harcelée pendant six mois", a poursuivi la mère de famille de 53 ans.Nathalie Marquay harcelée "tous les jours"Nathalie Marquay a expliqué que l'homme en question la suivait ses déplacements, comme les galas et les élections régionales. "À chaque fois il savait où je me trouvais. Tous les jours, j'avais un bouquet de fleurs à l'hôtel. Il essayait de m'appeler mais je ne prenais jamais son appel parce que j'étais encore une petite gamine". Sans préciser si l'individu était bel homme ou non, Nathalie Marquay a expliqué qu'elle "refusait à chaque fois". Au cours de son année de règne, la jeune Miss avait aussi reçu de nombreuses demandes en mariage, des slips, un nombre incalculable de photos dénudées et de messages déplacés, a-t-elle conclu. Nathalie Marquay © C8 Benjamin Castaldi et Nathalie Marquay © C8 Benjamin Castaldi et Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Miss Finlande, Miss France Nathalie Marquay, Miss Allemagne © ALPHA AGENCY Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, à son élection en 1987 © AGENCE Ce mardi 2 mars, Benjamin Castaldi était aux commandes d'un nouveau numéro de son émission 6 à 7 avec Casta, émission qui vient tout juste d'être lancée sur C8. Parmi ses invités, le présentateur recevait notamment Nathalie Marquay. Cette dernière en a profité pour faire des confidences sur son année de règne, après avoir été couronnée Miss France 1987. À l'époque, elle avait 19 ans.En toute transparence, Nathalie Marquay a confié avoir été victime de "harcèlement" pendant ses jeunes années. "Le pire, c'est que j'ai eu un homme politique qui était derrière moi", a-t-elle commencé. Sur sa lancée, l'épouse de Jean-Pierre Pernaut a refusé de donner l'identité de l'homme politique en question. Elle n'a donné que quelques indices : il s'agit d'un homme politique, de droite, toujours marié, toujours vivant. "Je ne veux pas détruire sa famille. Surtout qu'il ne s'est jamais rien passé alors qu'il m'a pratiquement harcelée pendant six mois", a poursuivi la mère de famille de 53 ans.Nathalie Marquay harcelée "tous les jours"Nathalie Marquay a expliqué que l'homme en question la suivait ses déplacements, comme les galas et les élections régionales. "À chaque fois il savait où je me trouvais. Tous les jours, j'avais un bouquet de fleurs à l'hôtel. Il essayait de m'appeler mais je ne prenais jamais son appel parce que j'étais encore une petite gamine". Sans préciser si l'individu était bel homme ou non, Nathalie Marquay a expliqué qu'elle "refusait à chaque fois". Au cours de son année de règne, la jeune Miss avait aussi reçu de nombreuses demandes en mariage, des slips, un nombre incalculable de photos dénudées et de messages déplacés, a-t-elle conclu. Nathalie Marquay © C8 Benjamin Castaldi et Nathalie Marquay © C8 Benjamin Castaldi et Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Nathalie Marquay © C8 Miss Finlande, Miss France Nathalie Marquay, Miss Allemagne © ALPHA AGENCY Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, aux élections de Miss Europe 1987 © DOMINIQUE JACOVIDES Nathalie Marquay, Miss France, à son élection en 1987 © AGENCE
03 mars 2021

"Je l'aime" : les nouvelles confidences surprenantes de Coline Berry sur son père Richard

Elle est "prête à lui pardonner". Quelques semaines après avoir accusé son père d'inceste, Coline Berry s'est livrée sur les ondes d'Europe 1, ce mercredi 3 mars. La fille de Richard Berry a fait des confidences déroutantes sur leur relation et la procédure qu'elle a entamée après avoir porté plainte contre lui pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineur". Si elle a décidé d'attaquer le comédien en justice, c'est car elle sentait ne pas avoir "d'autres solutions" : "C'est le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années. (...) Je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça . Avant de porter plainte, Coline Berry a affirmé avoir "tendu la main" à Richard Berry, et ce, "des dizaines et des dizaines de fois, dans le privé".Mais son père ne l'a pas attrapée. "Si j'en suis là, c'est que je n'attendais plus rien de lui, a-t-elle continué sur les ondes d'Europe 1. J'ai compris qu'il n'était pas capable de répondre à ma demande de reconnaissance des faits." Coline Berry a alors voulu porter plainte. "C'est compliqué pour n'importe quelle personne coupable d'avouer, il y a d'abord le déni et le fait de discréditer la personne qui vous accuse", a poursuivi Coline Berry auprès de nos confrères. Depuis le début de la procédure, Richard Berry nie en bloc les accusations de sa fille. "Je suis face à une situation parmi les plus douloureuses qui soient pour un homme, et pour un père", réagissait-il dans les colonnes du Point. Auprès du Monde, l'acteur a reconnu des violences envers ses ex-compagnes mais a affirmé n'avoir jamais abusé de sa fille. "J'espère, par ce biais d'une enquête, d'une autorité, arriver à un moment à une forme de paix", a continué Coline Berry sur Europe 1, qui se dit "prête à lui pardonner".Coline Berry : "C'est toujours mon père et je l'aime"Elle a également révélé que Richard Berry lui a "demandé pardon". "Là, il nie les faits en bloc, mais ce n'est pas la réalité, ajoutait-elle. Il a du mal à assumer." Sur son compte Instagram, Richard Berry sortait du silence. "Je démens de toutes mes forces et sans ambiguïté ces accusations immondes. Je n'ai jamais eu de relations déplacées ou incestueuses avec Coline ni avec aucun de mes enfants, écrivait-il. Ces allégations sont fausses. Même répétées cent fois, par voie de presse ou par tout autre moyen, elles ne sont rien d'autre qu'un mensonge." Sur Europe 1, Coline a expliqué vivre "un paradoxe d'amour et de souffrance" avant de s'adresser à son père : "C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on a fait des choses monstrueuses à un moment qu'on est un monstre". Depuis sa plainte, la famille Berry se déchire entre le père et sa fille. Ils devraient être de nouveau auditionnés dans les prochaines semaines. Coline Berry © Europe 1 Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Richard Berry © LIONEL URMAN Richard Berry © VEEREN Richard Berry © JB Autissier Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Denis Guignebourg Richard Berry © VEEREN Richard Berry © RACHID BELLAK Elle est "prête à lui pardonner". Quelques semaines après avoir accusé son père d'inceste, Coline Berry s'est livrée sur les ondes d'Europe 1, ce mercredi 3 mars. La fille de Richard Berry a fait des confidences déroutantes sur leur relation et la procédure qu'elle a entamée après avoir porté plainte contre lui pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineur". Si elle a décidé d'attaquer le comédien en justice, c'est car elle sentait ne pas avoir "d'autres solutions" : "C'est le continuum d'une souffrance qui ne fait que s'additionner au fil des années. (...) Je me suis vraiment sentie ne pas avoir le choix que de faire ça . Avant de porter plainte, Coline Berry a affirmé avoir "tendu la main" à Richard Berry, et ce, "des dizaines et des dizaines de fois, dans le privé".Mais son père ne l'a pas attrapée. "Si j'en suis là, c'est que je n'attendais plus rien de lui, a-t-elle continué sur les ondes d'Europe 1. J'ai compris qu'il n'était pas capable de répondre à ma demande de reconnaissance des faits." Coline Berry a alors voulu porter plainte. "C'est compliqué pour n'importe quelle personne coupable d'avouer, il y a d'abord le déni et le fait de discréditer la personne qui vous accuse", a poursuivi Coline Berry auprès de nos confrères. Depuis le début de la procédure, Richard Berry nie en bloc les accusations de sa fille. "Je suis face à une situation parmi les plus douloureuses qui soient pour un homme, et pour un père", réagissait-il dans les colonnes du Point. Auprès du Monde, l'acteur a reconnu des violences envers ses ex-compagnes mais a affirmé n'avoir jamais abusé de sa fille. "J'espère, par ce biais d'une enquête, d'une autorité, arriver à un moment à une forme de paix", a continué Coline Berry sur Europe 1, qui se dit "prête à lui pardonner".Coline Berry : "C'est toujours mon père et je l'aime"Elle a également révélé que Richard Berry lui a "demandé pardon". "Là, il nie les faits en bloc, mais ce n'est pas la réalité, ajoutait-elle. Il a du mal à assumer." Sur son compte Instagram, Richard Berry sortait du silence. "Je démens de toutes mes forces et sans ambiguïté ces accusations immondes. Je n'ai jamais eu de relations déplacées ou incestueuses avec Coline ni avec aucun de mes enfants, écrivait-il. Ces allégations sont fausses. Même répétées cent fois, par voie de presse ou par tout autre moyen, elles ne sont rien d'autre qu'un mensonge." Sur Europe 1, Coline a expliqué vivre "un paradoxe d'amour et de souffrance" avant de s'adresser à son père : "C'est toujours mon père et je l'aime. Ce n'est pas parce qu'on a fait des choses monstrueuses à un moment qu'on est un monstre". Depuis sa plainte, la famille Berry se déchire entre le père et sa fille. Ils devraient être de nouveau auditionnés dans les prochaines semaines. Coline Berry © Europe 1 Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Coline Berry © Instagram Richard Berry © LIONEL URMAN Richard Berry © VEEREN Richard Berry © JB Autissier Richard Berry © JACOVIDES-MOREAU Richard Berry © CEDRIC PERRIN Richard Berry © Denis Guignebourg Richard Berry © VEEREN Richard Berry © RACHID BELLAK
03 mars 2021

Tatiana-Laurence Delarue : sa mère est morte sous les coups, elle livre un récit glaçant

C'est une survivante. Pendant des années, Tatiana Laurence a été victime de violences conjugales. En 2010, la jeune femme révélée dans la première saison de Secret Story publiait Au nom des femmes battues : ma vie, mon calvaire, mon témoignage. Dans cet ouvrage, elle évoquait son enfance avec sa mère violentée puis son histoire avec un homme qui l'a battue et violée durant des années. Sortie de son calvaire, Tatiana Laurence est depuis devenue une militante contre les violences conjugales, sujet dont elle a même parlé avec Marlène Schiappa il y a quelques semaines. Invitée sur le plateau de Non Stop People, l'ex-épouse de Xavier Delarue est revenue sur la mort de sa maman, décédée sous les coups de son compagnon. "Elle m'a dit qu'elle allait mourir", a raconté la jeune femme, en rapportant les propos de sa mère."Tu sais, un jour, il va y arriver. Encore dernièrement, il a dévissé les roues de ma voiture, il m'endort le soir. Lorsque je mange ou je bois, il me met des calmants pour que je dorme, je ne sais pas après ce qu'il fait ; de toute façon, je vais mourir et je veux que tu sois une femme forte, digne et que tu t'occupes de ta soeur, que tu réussisses dans la vie", lui aurait dit sa mère, qui s'était "préparée à mourir". Lorsqu'elle était enfant et qu'elle rentrait de l'école, Tatiana Laurence est appris que sa maman était décédée, "retrouvée inerte dans une mare de sang". "Mon père me dit : 'assieds-toi, on a quelque chose à dire : ta mère est morte'. Ça a été très rapide, comme pour lui c'était un choc, personne ne m'a préparée", s'est-elle souvenue sur le plateau de Non Stop People, avant de regretter que son beau-père - qui aurait tué sa mère - n'ait jamais été inquiété par la justice.Tatiana Laurence a créé une association"Personne n'a jamais parlé de violences, donc en fait, quand on a retrouvé ma mère morte dans son sang, qui pouvait parler après ? (...) J'ai demandé à faire une autopsie plus tard (...) mais il a brûlé le corps, a continué Tatiana Laurence. Il a dit que c'était la volonté de ma mère, ce qui était faux, je le sais." Si elle a décidé de parler de son histoire familiale, c'est "pour la mémoire de maman", "parce qu'elle n'a plus cette parole comme toutes les autres femmes qui sont parties". Pour que d'autres femmes ne soient plus tuées par leurs compagnons, Tatiana Laurence a créé il y a quelques années l'association Rose Jaune, pour lutter, éduquer, prévenir et dénoncer les violences conjugales. En mars 2019, elle a publié un nouveau livre déchirant intitulé 10 ans après - Vivre heureuse après les violences conjugales. Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © COADIC GUIREC Tatiana Laurence © Christophe Clovis Tatiana Laurence © VEEREN Tatiana Laurence © Philippe Doignon C'est une survivante. Pendant des années, Tatiana Laurence a été victime de violences conjugales. En 2010, la jeune femme révélée dans la première saison de Secret Story publiait Au nom des femmes battues : ma vie, mon calvaire, mon témoignage. Dans cet ouvrage, elle évoquait son enfance avec sa mère violentée puis son histoire avec un homme qui l'a battue et violée durant des années. Sortie de son calvaire, Tatiana Laurence est depuis devenue une militante contre les violences conjugales, sujet dont elle a même parlé avec Marlène Schiappa il y a quelques semaines. Invitée sur le plateau de Non Stop People, l'ex-épouse de Xavier Delarue est revenue sur la mort de sa maman, décédée sous les coups de son compagnon. "Elle m'a dit qu'elle allait mourir", a raconté la jeune femme, en rapportant les propos de sa mère."Tu sais, un jour, il va y arriver. Encore dernièrement, il a dévissé les roues de ma voiture, il m'endort le soir. Lorsque je mange ou je bois, il me met des calmants pour que je dorme, je ne sais pas après ce qu'il fait ; de toute façon, je vais mourir et je veux que tu sois une femme forte, digne et que tu t'occupes de ta soeur, que tu réussisses dans la vie", lui aurait dit sa mère, qui s'était "préparée à mourir". Lorsqu'elle était enfant et qu'elle rentrait de l'école, Tatiana Laurence est appris que sa maman était décédée, "retrouvée inerte dans une mare de sang". "Mon père me dit : 'assieds-toi, on a quelque chose à dire : ta mère est morte'. Ça a été très rapide, comme pour lui c'était un choc, personne ne m'a préparée", s'est-elle souvenue sur le plateau de Non Stop People, avant de regretter que son beau-père - qui aurait tué sa mère - n'ait jamais été inquiété par la justice.Tatiana Laurence a créé une association"Personne n'a jamais parlé de violences, donc en fait, quand on a retrouvé ma mère morte dans son sang, qui pouvait parler après ? (...) J'ai demandé à faire une autopsie plus tard (...) mais il a brûlé le corps, a continué Tatiana Laurence. Il a dit que c'était la volonté de ma mère, ce qui était faux, je le sais." Si elle a décidé de parler de son histoire familiale, c'est "pour la mémoire de maman", "parce qu'elle n'a plus cette parole comme toutes les autres femmes qui sont parties". Pour que d'autres femmes ne soient plus tuées par leurs compagnons, Tatiana Laurence a créé il y a quelques années l'association Rose Jaune, pour lutter, éduquer, prévenir et dénoncer les violences conjugales. En mars 2019, elle a publié un nouveau livre déchirant intitulé 10 ans après - Vivre heureuse après les violences conjugales. Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © Instagram Tatiana Laurence © COADIC GUIREC Tatiana Laurence © Christophe Clovis Tatiana Laurence © VEEREN Tatiana Laurence © Philippe Doignon
03 mars 2021

Disparition de Delphine Jubillar : ce jour où elle a été surprise dans une étrange posture par son mari

Des dizaines de gendarmes et 1 800 personnes sont mobilisées pour tenter de retrouver Delphine Jubillar, cette mère de deux enfants, portée disparue depuis la mi-décembre. Une seule certitude pour l'avocat des frères et de la soeur de la jeune femme qui s'est exprimé sur France Bleu Occitanie : "elle n'aurait jamais abandonné sa familles, jamais abandonné ses enfants. Au moment de sa disparition, ils étaient en train de préparer Noël en famille. Ce n'est jamais bon signe quand ça dure trop longtemps ce genre de recherches. Moi je reste persuadé qu'on va finir par trouver, le crime parfait ça n'existe pas. Surtout dans de tels dossiers, surtout de nos jours".Des faits troublants avant sa disparitionAujourd'hui, toutes les hypothèses sont envisagées pour expliquer la disparition de Delphine Jubillar. Mais selon les gendarmes, ni son mari ni un ami rencontré sur Internet n'auraient de lien avec sa disparition. Des faits troublants interrogent toutefois. Avant de disparaitre sans laisser de traces, la mère de famille avait changé de comportement.D'abord, elle avait annoncé, il y a plusieurs mois, à son mari qu'elle voulait divorcer. Elle passait beaucoup de temps sur son téléphone, se maquillait davantage, faisait plus attention à son look. Le jeune homme, persuadé qu'elle avait une liaison, s'était mis en tête de surveiller ses déplacements. Un jour, il l'a surprise dans une étrange posture comme l'explique Le Parisien. "Je prie" avait-elle répondu à son mari. "Mais toi qui est athée, tu pries quoi ou qui ?" avait-il demandé interloqué. "Cela ne te regarde pas" avait-elle simplement répondu mettant fin à la discussion.Étranges également, les réservations qu'elle a faites les derniers mois avant sa disparition : des locations de voitures, d'Airbnb et de chambres d'hôtels à Albi et Toulouse. Pour le moment, l'enquête n'a pas révélé si elle y était allée seule ou accompagnée. Le mystère autour de sa disparition reste donc entier pour le moment. Le mari de Delphine veut encore croire à un retour de sa femme disparue. Delphine Jubillar © Twitter / Gendarmerie du Tarn La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Delphine Jubillar © Instagram Delphine Jubillar © Instagram Delphine Jubillar © Instagram Des dizaines de gendarmes et 1 800 personnes sont mobilisées pour tenter de retrouver Delphine Jubillar, cette mère de deux enfants, portée disparue depuis la mi-décembre. Une seule certitude pour l'avocat des frères et de la soeur de la jeune femme qui s'est exprimé sur France Bleu Occitanie : "elle n'aurait jamais abandonné sa familles, jamais abandonné ses enfants. Au moment de sa disparition, ils étaient en train de préparer Noël en famille. Ce n'est jamais bon signe quand ça dure trop longtemps ce genre de recherches. Moi je reste persuadé qu'on va finir par trouver, le crime parfait ça n'existe pas. Surtout dans de tels dossiers, surtout de nos jours".Des faits troublants avant sa disparitionAujourd'hui, toutes les hypothèses sont envisagées pour expliquer la disparition de Delphine Jubillar. Mais selon les gendarmes, ni son mari ni un ami rencontré sur Internet n'auraient de lien avec sa disparition. Des faits troublants interrogent toutefois. Avant de disparaitre sans laisser de traces, la mère de famille avait changé de comportement.D'abord, elle avait annoncé, il y a plusieurs mois, à son mari qu'elle voulait divorcer. Elle passait beaucoup de temps sur son téléphone, se maquillait davantage, faisait plus attention à son look. Le jeune homme, persuadé qu'elle avait une liaison, s'était mis en tête de surveiller ses déplacements. Un jour, il l'a surprise dans une étrange posture comme l'explique Le Parisien. "Je prie" avait-elle répondu à son mari. "Mais toi qui est athée, tu pries quoi ou qui ?" avait-il demandé interloqué. "Cela ne te regarde pas" avait-elle simplement répondu mettant fin à la discussion.Étranges également, les réservations qu'elle a faites les derniers mois avant sa disparition : des locations de voitures, d'Airbnb et de chambres d'hôtels à Albi et Toulouse. Pour le moment, l'enquête n'a pas révélé si elle y était allée seule ou accompagnée. Le mystère autour de sa disparition reste donc entier pour le moment. Le mari de Delphine veut encore croire à un retour de sa femme disparue. Delphine Jubillar © Twitter / Gendarmerie du Tarn La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne La maison en construction de Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Delphine Jubillar © Instagram Delphine Jubillar © Instagram Delphine Jubillar © Instagram
03 mars 2021

Disparition de Delphine Jubillar : ces nuits à l'hôtel qu'elle a cachées à son mari

Delphine Jubillar s'est-elle volatilisée pour vivre une nouvelle vie avec son amant ? C'est une piste qui n'est pas écartée par les enquêteurs. D'ailleurs, comme l'a révélé Le Parisien le mardi 2 mars 2021, son mari Cédric Jubillar a fait d'étonnantes découvertes quelques jours après sa disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. En effet, après avoir fouillé le courrier de l'infirmière, ce dernier a découvert dans les revelés bancaires que Delphine lui a caché des "locations de voitures, d'appartements Airbnb et de chambres d'hôtel, à Albi et à Toulouse", "datés des tout derniers". "Des constatations confirmées par des sources proches de l'enquête" a précisé Le Parisien. Alors, la jeune mère de famille s'était-elle offert quelques moments d'évasion avec un autre homme que son conjoint ? Lui aurait-elle caché que des rendez-vous galants ? A noter que des témoins auraient également cru apercevoir Delphine Jubillar dans un hôtel Ibis des alentours d'Albi.Pour rappel, Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. C'est son mari Cédric qui a déclaré sa disparition à la police et depuis elle reste introuvable. Fouilles dans sa maison en construction, recherches au bord de l'eau, battue citoyenne... tout a été mis en place afin de trouver des traces de la mère de famille. En vain... Les speculations vont alors bon train et Cédric, son mari, est même acculé. De son côté, ce dernier est dans l'attente d'enfin découvrir la vérité sur la disparition de son compagne, avec qui il était en instance de divorce.Disparition de Delphine Jubillar : les deux hypothèses de son mari CédricA noter que le vendredi 26 février 2021, l'avocat de Cédric Jubillar a émis deux hypothèses sur la disparition de Delphine Jubillar dans les colonnes du média Planet. Selon ses dires, il existe deux hypothèses : "soit les enquêteurs tissent leur toile et le piège se refermera sur quelqu'un prochainement, soit ils n'ont rien" a confié l'avocat de Cédric Jubillar. S'il s'avère que la deuxième option est juste, cela serait alors très inquiétant car après deux mois et demi de recherches des pistes auraient dû se dégager. "Ils ont exploité des choses, est-ce qu'ils ont une personne spécifiquement dans le viseur ? Je ne sais pas", a précisé Me Jean-Baptiste Alary. Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Disparition Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Delphine Jubillar s'est-elle volatilisée pour vivre une nouvelle vie avec son amant ? C'est une piste qui n'est pas écartée par les enquêteurs. D'ailleurs, comme l'a révélé Le Parisien le mardi 2 mars 2021, son mari Cédric Jubillar a fait d'étonnantes découvertes quelques jours après sa disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. En effet, après avoir fouillé le courrier de l'infirmière, ce dernier a découvert dans les revelés bancaires que Delphine lui a caché des "locations de voitures, d'appartements Airbnb et de chambres d'hôtel, à Albi et à Toulouse", "datés des tout derniers". "Des constatations confirmées par des sources proches de l'enquête" a précisé Le Parisien. Alors, la jeune mère de famille s'était-elle offert quelques moments d'évasion avec un autre homme que son conjoint ? Lui aurait-elle caché que des rendez-vous galants ? A noter que des témoins auraient également cru apercevoir Delphine Jubillar dans un hôtel Ibis des alentours d'Albi.Pour rappel, Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. C'est son mari Cédric qui a déclaré sa disparition à la police et depuis elle reste introuvable. Fouilles dans sa maison en construction, recherches au bord de l'eau, battue citoyenne... tout a été mis en place afin de trouver des traces de la mère de famille. En vain... Les speculations vont alors bon train et Cédric, son mari, est même acculé. De son côté, ce dernier est dans l'attente d'enfin découvrir la vérité sur la disparition de son compagne, avec qui il était en instance de divorce.Disparition de Delphine Jubillar : les deux hypothèses de son mari CédricA noter que le vendredi 26 février 2021, l'avocat de Cédric Jubillar a émis deux hypothèses sur la disparition de Delphine Jubillar dans les colonnes du média Planet. Selon ses dires, il existe deux hypothèses : "soit les enquêteurs tissent leur toile et le piège se refermera sur quelqu'un prochainement, soit ils n'ont rien" a confié l'avocat de Cédric Jubillar. S'il s'avère que la deuxième option est juste, cela serait alors très inquiétant car après deux mois et demi de recherches des pistes auraient dû se dégager. "Ils ont exploité des choses, est-ce qu'ils ont une personne spécifiquement dans le viseur ? Je ne sais pas", a précisé Me Jean-Baptiste Alary. Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Disparition Delphine Jubillar © Frédéric Maligne Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook Disparition Delphine Jubillar © Facebook
03 mars 2021

Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols : le journaliste “se cache”

C'est une affaire qui a provoqué un tremblement de terre dans le monde médiatique. Selon les informations du Parisien, Patrick Poivre d'Arvor fait l'objet d'une enquête préliminaire pour "viols", révélait le journal le 18 février dernier. L'écrivaine Florence Porcel accuse le journaliste de l'avoir sexuellement agressée en 2004, et de l'avoir forcée à une fellation en 2009, soit cinq ans plus tard. Dans la foulée, d'autres femmes sur les réseaux sociaux ont témoigné de leur rencontre avec Patrick Poivre d'Arvor, ainsi que dans les colonnes de Closer. De son côté, l'ancien présentateur du JT de TF1 s'est exprimé dans un texte publié sur sa page Facebook où il nie en bloc les faits.Depuis la révélation d'un dépôt de plainte pour viols à son encontre, Patrick Poivre d'Arvor se fait discret. Très discret. Le journaliste n'est plus réapparu sur l'antenne de CNews, où il est chroniqueur récurrent, comme le souligne Le Parisien, en kiosque ce mardi 2 mars. Habituellement, Patrick Poivre d'Arvor est présent les mardis et vendredis, sur le plateau de La belle équipe. L'émission est présentée par Clélie Mathias, et diffusée de 14 heures à 15h30. Seulement le chroniqueur n'est pas venu sur le plateau depuis le mardi 16 février, soit deux semaines.Patrick Poivre d'Arvor "n'a surtout pas envie de se montrer en public"Le Parisien a recueilli les témoignages de plusieurs habitués de CNews, qui ont justifié : "Il s'est lui-même retiré de l'antenne pour s'occuper exclusivement de sa défense. C'est plutôt logique, ces accusations sont graves", ou encore "Il avait trouvé sa place dans l'équipe et prenait du plaisir à l'exercice, mais c'est compliqué pour lui de parler de la crise sanitaire et du reste de l'actualité depuis la plainte qui le vise. On ne sait même pas s'il est prévu qu'il revienne." Un autre salarié de la chaîne d'infos a lancé : "Il se cache. Il n'a surtout pas envie de se montrer en public." Enfin, le journal précise que Patrick Poivre d'Arvor n'est plus en contrat avec CNews depuis le 31 décembre 2020. Le journaliste "a le statut de chroniqueur volant, rémunéré intervention après intervention". Patrick Poivre d'’Arvor © Gwendoline Le Goff Patrick Poivre d’'Arvor © JACOVIDES-MOREAU Patrick Poivre d'’Arvor © Denis Guignebourg Patrick Poivre d’'Arvor © JB Autissier Patrick Poivre d’'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © AGENCE Patrick Poivre d'Arvor © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © JACQUES BOURGUET / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC / BESTIMAGE C'est une affaire qui a provoqué un tremblement de terre dans le monde médiatique. Selon les informations du Parisien, Patrick Poivre d'Arvor fait l'objet d'une enquête préliminaire pour "viols", révélait le journal le 18 février dernier. L'écrivaine Florence Porcel accuse le journaliste de l'avoir sexuellement agressée en 2004, et de l'avoir forcée à une fellation en 2009, soit cinq ans plus tard. Dans la foulée, d'autres femmes sur les réseaux sociaux ont témoigné de leur rencontre avec Patrick Poivre d'Arvor, ainsi que dans les colonnes de Closer. De son côté, l'ancien présentateur du JT de TF1 s'est exprimé dans un texte publié sur sa page Facebook où il nie en bloc les faits.Depuis la révélation d'un dépôt de plainte pour viols à son encontre, Patrick Poivre d'Arvor se fait discret. Très discret. Le journaliste n'est plus réapparu sur l'antenne de CNews, où il est chroniqueur récurrent, comme le souligne Le Parisien, en kiosque ce mardi 2 mars. Habituellement, Patrick Poivre d'Arvor est présent les mardis et vendredis, sur le plateau de La belle équipe. L'émission est présentée par Clélie Mathias, et diffusée de 14 heures à 15h30. Seulement le chroniqueur n'est pas venu sur le plateau depuis le mardi 16 février, soit deux semaines.Patrick Poivre d'Arvor "n'a surtout pas envie de se montrer en public"Le Parisien a recueilli les témoignages de plusieurs habitués de CNews, qui ont justifié : "Il s'est lui-même retiré de l'antenne pour s'occuper exclusivement de sa défense. C'est plutôt logique, ces accusations sont graves", ou encore "Il avait trouvé sa place dans l'équipe et prenait du plaisir à l'exercice, mais c'est compliqué pour lui de parler de la crise sanitaire et du reste de l'actualité depuis la plainte qui le vise. On ne sait même pas s'il est prévu qu'il revienne." Un autre salarié de la chaîne d'infos a lancé : "Il se cache. Il n'a surtout pas envie de se montrer en public." Enfin, le journal précise que Patrick Poivre d'Arvor n'est plus en contrat avec CNews depuis le 31 décembre 2020. Le journaliste "a le statut de chroniqueur volant, rémunéré intervention après intervention". Patrick Poivre d'’Arvor © Gwendoline Le Goff Patrick Poivre d’'Arvor © JACOVIDES-MOREAU Patrick Poivre d'’Arvor © Denis Guignebourg Patrick Poivre d’'Arvor © JB Autissier Patrick Poivre d’'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC Patrick Poivre d'Arvor © AGENCE Patrick Poivre d'Arvor © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © JACQUES BOURGUET / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Patrick Poivre d'Arvor © COADIC GUIREC / BESTIMAGE
03 mars 2021

Loana hospitalisée : elle accuse Sylvie Ortega d'usurpation d'identité

Loana et Sylvie Ortega continuent de régler leurs comptes par médias interposés. Depuis l'hospitalisation de l'ancienne star du Loft, le torchon brûle entre les deux ex-meilleures amies. Ce mardi 2 mars, la veuve de Ludovic Chancel était invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste pour réagir aux accusations de Loana. La veille, dans cette même émission, elle l'accusait de lui avoir fourni une dose massive de médicaments - à l'origine de son overdose - et de lui avoir dérober une partie de ses objets personnels. Des accusations que Sylvie Ortega a niées en bloc, laissant entendre que Loana avait été dans le coma après avoir consommé de la drogue. Face à elle, un ami de l'ex-Lofteuse a lu un communiqué où elle demande à la veuve de Ludovic Chancel de désactiver le compte TikTok qu'elle a créé "à son nom" alors "que Loana n'était pas au courant" car "il y a usurpation d'identité".Eryl a ajouté : "Quant à moi, j'ai fait de mon mieux en relayant ces informations parce qu'elle était dans l'incapacité de le faire. Bien évidemment, Loana peut toujours compter sur mon soutien". Un message qui a vivement énervé Sylvie Ortega. Les deux amis de l'ex-Lofteuse en sont presque venus aux mains sur le plateau de Touche pas à mon poste, séparés par les agents de sécurité et l'équipe de l'émission. Quelques minutes après, la veuve de Ludovic Chancel a annoncé vouloir à son tour porter plainte contre Loana pour diffamation après ses accusations publiques, mais aussi contre Eryl. C'est donc par avocats interposés et via la justice que les deux ex-proches vont maintenant s'affronter. La veille, Loana avait annoncé son intention de porter plainte contre Sylvie Ortega pour vols et diffamation.Loana : "Je n'ai pas pris de drogue (...) Je vais porter plainte""C'est à cause de médicaments que j'ai eu ce coma de plusieurs heures qui aurait pu me coûter la vie. Après, comment est-ce que je les ai pris ? Moi je n'ai pas d'ordonnance, je n'avais pas de médicaments, je les avais oubliés à la maison, expliquait-elle dans une vidéo diffusée pendant l'émission. Je n'ai pas pris de drogue, je n'ai pas pris d'alcool. C'est bien quelqu'un qui me les a donnés. Je vais porter plainte pour diffamation." Loana continuait en assurant que Sylvie Ortega lui avait volé des objets personnels. "Il manque de mes bijoux à ma rosace que tu aimais tant jusqu'à mes slips, j'en ai même plus un... J'ai plus de culottes, plus de fer à lisser, plus de bijoux, plus rien dans ma valise, poursuivait-elle. Elle est vide, une valise vide. Et tu étais celle qui était à côté de moi dans la chambre d'hôtel. Je vais porter plainte pour vols de tous les bijoux que tu m'as pris dans ma valise." Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Loana © C8 Loana © C8 Loana © C8 Loana © C8 Loana et Sylvie Ortega continuent de régler leurs comptes par médias interposés. Depuis l'hospitalisation de l'ancienne star du Loft, le torchon brûle entre les deux ex-meilleures amies. Ce mardi 2 mars, la veuve de Ludovic Chancel était invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste pour réagir aux accusations de Loana. La veille, dans cette même émission, elle l'accusait de lui avoir fourni une dose massive de médicaments - à l'origine de son overdose - et de lui avoir dérober une partie de ses objets personnels. Des accusations que Sylvie Ortega a niées en bloc, laissant entendre que Loana avait été dans le coma après avoir consommé de la drogue. Face à elle, un ami de l'ex-Lofteuse a lu un communiqué où elle demande à la veuve de Ludovic Chancel de désactiver le compte TikTok qu'elle a créé "à son nom" alors "que Loana n'était pas au courant" car "il y a usurpation d'identité".Eryl a ajouté : "Quant à moi, j'ai fait de mon mieux en relayant ces informations parce qu'elle était dans l'incapacité de le faire. Bien évidemment, Loana peut toujours compter sur mon soutien". Un message qui a vivement énervé Sylvie Ortega. Les deux amis de l'ex-Lofteuse en sont presque venus aux mains sur le plateau de Touche pas à mon poste, séparés par les agents de sécurité et l'équipe de l'émission. Quelques minutes après, la veuve de Ludovic Chancel a annoncé vouloir à son tour porter plainte contre Loana pour diffamation après ses accusations publiques, mais aussi contre Eryl. C'est donc par avocats interposés et via la justice que les deux ex-proches vont maintenant s'affronter. La veille, Loana avait annoncé son intention de porter plainte contre Sylvie Ortega pour vols et diffamation.Loana : "Je n'ai pas pris de drogue (...) Je vais porter plainte""C'est à cause de médicaments que j'ai eu ce coma de plusieurs heures qui aurait pu me coûter la vie. Après, comment est-ce que je les ai pris ? Moi je n'ai pas d'ordonnance, je n'avais pas de médicaments, je les avais oubliés à la maison, expliquait-elle dans une vidéo diffusée pendant l'émission. Je n'ai pas pris de drogue, je n'ai pas pris d'alcool. C'est bien quelqu'un qui me les a donnés. Je vais porter plainte pour diffamation." Loana continuait en assurant que Sylvie Ortega lui avait volé des objets personnels. "Il manque de mes bijoux à ma rosace que tu aimais tant jusqu'à mes slips, j'en ai même plus un... J'ai plus de culottes, plus de fer à lisser, plus de bijoux, plus rien dans ma valise, poursuivait-elle. Elle est vide, une valise vide. Et tu étais celle qui était à côté de moi dans la chambre d'hôtel. Je vais porter plainte pour vols de tous les bijoux que tu m'as pris dans ma valise." Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Sylvie Ortega © C8 Loana © C8 Loana © C8 Loana © C8 Loana © C8
03 mars 2021