CORONAVIRUS | L'inquiétude des commerçants non-sédentaires, privés de marchés

25 mars 2020 à 08h11

Depuis le 24 mars 2020, les marchés ouverts sont interdits. L'annonce d'Edouard Philippe a fait l'effet d'une douche froide pour les commerçants non-sédentaires. Le premier Ministre considère que ces professionnels "sont une zone de contamination trop importante, avec des personnes proches les unes des autres dans des espaces restreints".

À cette interdiction, le Premier Ministre ajoute une dérogation : si des maires jugent que le marché est vital pour leur communauté (dans les villages par exemple), ils peuvent demander leur maintien au préfet, qui décidera.

Pascal Kury a recueilli la réaction d'un commerçant des Vosges